Paroles libres entre prêtres…Vraiment intéressant, As-tu déjà pensé à devenir prêtre?…Le Seigneur appelle ! Pourquoi les prêtres devraient faire une heure d’Adoration par jour ? Animateur Père Jean-Louis Barré*


Paroles libres entre prêtres!

Plusieurs situations différentes que les prêtres vivent !

Durée: 51:46

barre brun


Jean-Louis Barré


 

Publicités
Publié dans Paroles libres entre prêtres!, Vidéos-Père Jean-Louis Barré | Tagué , ,

La petite Anne de Guigné…Vénérable) Documentaire Vidéo (27:50) Très Beau!


La petite Anne de Guigné..

barre bleu2


http:///www.ktotv.com
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_de_…
http://www.annedeguigne.fr/fr/

 

Publié dans Anne de Guigné-Vénérable-Sa courte vie | Tagué

Anne de Guigné*Vénérable*…Une très grande âme pour une toute petite fille…Elle disait… »On a bien des joies sur la terre, mais elles ne durent pas ; celle qui dure, c’est d’avoir fait un sacrifice. »


Une très grande âme

pour une toute petite fille..

anne de guigné3

barre blanche

Anne est née le 25 avril 1911 au château de La Cour à Annecy-le-Vieux, dans le foyer très chrétien de Jacques et Antoinette de Guigné. Par sa mère, née Charette de la Contrie (1886-1978), son ascendance remonte jusqu’à saint Louis, roi de France. Par son père, elle se rattache à une vieille famille implantée en Picardie depuis la Renaissance. C’est une riche nature, dotée de belles qualités de cœur et de droiture.

Elle est éveillée et vive, nous dit sa mère. C’est une enfant aimable, qui a du caractère, mais aussi, en contrepoint, des défauts non moins marqués et qui inquiètent son entourage : Anne est coléreuse, très volontaire, dominatrice, portée à la désobéissance et à l’orgueil.

Une anecdote montre une fierté et un aplomb quelque peu insolents chez une petite fille de 4 ans ! Mélanie, cuisinière au château de La Cour, se reposait quelques instants sur une borne devant la propriété. Anne, abandonnant ses jeux, s’approche d’elle et lui dit : « Ce n’est pas la place de Mélanie, ici ! » Comme celle-ci lui répond : « Et où donc est ma place ? » L’enfant rétorque : « À la cuisine ! ».

Une autre fois, à l’occasion d’un Noël familial, Anne convoite et dispute à sa cousine une petite table que celle-ci a reçue en étrenne. Il faut intervenir et le père de Madame de Guigné a cette réflexion : « Je plains sa mère quand elle aura vingt ans ! »

barre blanche

C’est un événement tragique survenant dans la vie familiale qui va provoquer une véritable conversion de la petite Anne.

En 1915, un an après le début de la guerre, alors que les combats s’enlisent dans les tranchées, toutes les familles de France savent qu’une visite d’un officier d’état civil ou d’un membre du clergé dans un foyer signifie l’annonce d’une mort au champ d’honneur. Aussi lorsque le 29 juillet 1915, Madame de Guigné voit le curé d’Annecy-le-Vieux, Monsieur l’abbé Métral, venir frapper à la porte de sa demeure, elle comprend que son mari, déjà blessé à trois reprises, ne reviendra plus.

« Anne, si tu veux me consoler, il faut être bonne » dit sa mère à sa fille âgée tout juste de quatre ans et aînée de ses quatre enfants. À partir de cet instant, l’enfant jusqu’alors volontiers désobéissante, orgueilleuse et jalouse, va mener, avec acharnement et continuité, un combat de tous les instants pour devenir bonne, combat de sa transformation intérieure qu’elle gagnera grâce à sa volonté certes, mais surtout – et c’est elle qui nous le dit – par la prière et les sacrifices qu’elle s’impose.

barre blanche

On la voit devenir rouge et serrer ses petits poings pour maîtriser son caractère devant les contrariétés qu’elle rencontre ; puis, petit à petit, les crises s’espacent et son entourage a bientôt l’impression que tout lui est agréable. Son amour pour sa mère qu’elle veut consoler va ainsi devenir son chemin vers son Dieu.

Ce chemin est balisé par les nombreuses réflexions d’Anne qui nous montrent l’intensité de sa vie spirituelle, et par la multitude de témoignages de son entourage rapportant les efforts continuels qu’elle faisait pour progresser dans sa conversion. Pour Anne de Guigné, le phare qui éclaire son chemin de conversion est sa première communion à laquelle elle aspire de tout son être et de toute son âme et qu’elle prépare avec joie.

Le moment venu, son jeune âge nécessitant une dispense, l’évêque lui imposera un examen qu’elle franchira avec une facilité déconcertante. « Je souhaite que nous soyons toujours au niveau d’instruction religieuse de cette enfant-là » dira l’examinateur.

La suite de sa courte vie traduit la paix d’un grand bonheur intime, alimenté par l’amour de son Dieu, qui s’applique, au fur et à mesure qu’elle grandit, à un cercle de personnes de plus en plus vaste : ses parents, sa famille, son entourage, les malades, les pauvres, les incroyants.

mendiantmalade

Elle vit, elle prie, elle souffre pour les autres. Atteinte très tôt de rhumatismes, elle sait ce qu’est la souffrance et y répond par une offrande : « Jésus, je vous l’offre » ou encore : « Oh ! non, je ne souffre pas ; j’apprends à souffrir ». Mais en décembre 1921, elle est frappée d’une maladie cérébrale – sans doute une méningite – qui la force à s’aliter.

Elle répète sans cesse : « Mon Dieu, je veux tout ce que vous voulez » et ajoute systématiquement aux prières qui sont faites pour son rétablissement : « et guérissez aussi les autres malades ».

Anne de Guigné meurt à l’aube du 14 janvier 1922 après ce dernier échange avec la religieuse qui la veille : « Ma sœur, puis-je aller avec les anges ? – Oui, ma belle petite fille – Merci, ma sœur, ô merci ! »

Cette petite fille est une “sainte”, tel est alors le verdict général. Les témoignages affluent, des articles paraissent et l’évêque d’Annecy ouvre en 1932 le procès de béatification. Mais l’Église n’avait encore jamais eu à juger de la sainteté d’une enfant qui ne fut pas martyre.

Les études menées à Rome sur la possibilité de l’héroïcité des vertus de l’enfance furent conclues positivement en 1981 et le 3 mars 1990, le décret reconnaissant l’héroïcité des vertus d’Anne de Guigné et la proclamant “vénérable” était signé par le Pape Jean-Paul II.

barre blanche


Paroles et écrits d’Anne de Guigné..

anne de guigné

Photo D’Anne de Guigné

« Ça brûle trop ; mais mon petit Jésus, je vous l’offre. » (Application de cataplasmes sinapisés à 5 ans).

« Oh ! Maman, n’ayez plus de peine ! Papa chéri est infiniment heureux. Il nous voit, il nous aime ; et puis, un jour, nous irons avec lui. Ne pleurez plus, je vous en prie. » (Novembre 1918).

« Pour devenir meilleure, je veux faire un sacrifice. »

« On a bien des joies sur la terre, mais elles ne durent pas ; celle qui dure, c’est d’avoir fait un sacrifice. »

« Je comprends bien qu’on souffre et qu’on ait de la peine, mais pourquoi se tourmenter, puisque Dieu est là ? » (Automne 1921).

« Que c’est bon, Maman, que je suis heureuse ! Le petit Jésus me dit qu’il m’aime beaucoup plus que je ne l’aime. »

« Tu n’as qu’à invoquer ton Ange Gardien ; il t’aidera. » (Conseil à son frère Jacques).


anne de guigné2

À la mère catéchiste qui lui demande : « Est-ce que le petit Jésus ne vous dit rien ? » elle hésite par humilité à répondre et avoue : « Oui, ma Mère, quand je suis toute recueillie, pas toujours ». Et à la question : « Et que vous dit-il, le petit Jésus ? », elle répond : « Il me dit qu’il m’aime bien ». Photo: Anne de Guigné

À sa mère qui lui demande pourquoi elle ne souhaite plus se servir de son missel, elle répond : « Parce que je sais par cœur les prières de mon paroissien et que je suis souvent distraite en les disant. Tandis que lorsque je parle au petit Jésus, je ne suis pas distraite du tout. C’est comme quand on cause avec quelqu’un, Maman, on sait bien ce qu’on dit. » (Décembre 1919).


« Je veux que pour Jésus mon cœur soit pur comme un lis. »

lys-blanc

« Mon petit Jésus, je vous aime et pour vous plaire je prends la résolution d’obéir toujours. » (Billet déposé sur l’autel lors de sa première Communion).

« Le petit Jésus, il me semble qu’il m’a répondu dans mon cœur. Je disais que je voulais être bien obéissante et il m’a semblé que j’entendais : oui, sois-le. » (Billet à sa mère 1917)


« Nous pouvons bien souffrir pour Jésus

puisque Jésus a souffert pour nous. »

passion-peinture

« Je veux que Jésus vive et grandisse en moi. Quels moyens prendre pour cela ? » (Notes de retraite 1920).

Sur une image du Calvaire qu’elle avait faite, Anne avait écrit : « Debout devant la Croix sur laquelle son Fils était suspendu, la Mère de douleur pleurait avec résignation. Donnez-moi la grâce de pleurer avec vous ». Elle ajoutait : « Parce que Jésus n’est pas assez aimé. »


Cantique composé par Anne pour la communion..

marie jésus bébé

Prêtez-Le-moi, ô Marie ma bonne Mère
Prêtez-moi votre fils rien qu’une seconde
Déposez-le dans mes humbles bras.
Permettez-moi, Marie
De baiser les pieds de votre cher Fils
Qui m’a tant donné de grâces.
Que je désire, ô Marie
Recevoir dans mes bras votre Fils,
Donnez-le-moi, donnez-le-moi !
Que je suis heureuse maintenant
Puisque je l’ai avec moi !


Lire la suite directement sur le site officiel de l’association Les Amis d’Anne de Guigné

 

Publié dans Anne de Guigné-Vénérable-Sa courte vie | Tagué , ,

Le Bienheureux Bartolo Longo, un Saint contre Satan…*Sauvé du spiritisme par la Vierge Marie* SA FÊTE LE 5 OCTOBRE !


BARTOLO LONGO VI-EN-ART-42651-bartolo_bis

Le Bienheureux Bartolo Longo,

Un saint contre Satan.

Sauvé du spiritisme par Marie..

Revenu du spiritisme et de toutes les errances auxquelles le soumettait l’esprit mauvais, maître Bartolo Longo se consacre ensuite aux bonnes oeuvres que la Providence lui propose et à la propagation du Rosaire. Il fut béatifié par Jean-Paul II le 26 octobre 1980. En 1841, près de Brindisi, dans l’Italie méridionale, naît un enfant qui reçoit au baptême le prénom de Barthélemy, en abrégé Bartolo. Son nom de famille est Longo. Très tôt, il se révèle intelligent, pieux, pétillant de vie.

«J’étais, dit-il, un diablotin vif et impertinent, quelque peu polisson. »

Jusqu’à l’âge de 16 ans, il est élevé dans un collège religieux. En classe, ses gamineries lui valent maintes punitions, et c’est un supplice pour lui que d’avoir à rester en place pendant les cours ! Par exception, le jour de sa première communion, il demeure sans bouger une heure et demie en action de grâces !

 

Doué d’une étonnante mémoire, Bartolo commence à 16 ans l’étude du droit à l’université de Naples où il réussit fort bien. À la même époque, il suit les cours de philosophie d’un prêtre défroqué. Frappé et ébloui par l’esprit anticlérical, il s’éloigne, peu à peu, des sacrements et ne prie plus.

 

Une question le harcèle : « Le Christ est-il Dieu ou non ? ». Un confident de ses tourments spirituels l’invite alors : « Viens avec moi. Je te conduirai au lieu où se résoudront tous tes doutes.»

Et, le 29 mai 1864, on l’initie aux secrets du magnétisme et du spiritisme : tables tournantes, réponses et divination des voyants.

Bartolo demande à « l’esprit » : « Jésus-Christ est-il Dieu ? » – « Oui », répond le médium. « Les préceptes du Décalogue sont-ils vrais ? – Oui, sauf le sixième (Tu ne commettras pas d’adultère). – « Laquelle des deux religions est la vraie : la catholique ou la protestante ? – Toutes deux sont fausses », prononce sentencieusement l’esprit.

 

Bartolo est en train de perdre la foi. Au lieu d’écouter la voix de la vérité qui nous vient du Christ et de l’Église, il se laisse duper par le démon lui-même, qui sait mêler le vrai et le faux, pour tromper les âmes et les conduire au péché. Le rejet du sixième commandement conduit le jeune homme à tous les excès de l’immoralité, alors que le doute sur la vérité du catholicisme le mène à l’indifférentisme religieux. Séduit par la magie, Bartolo se livre à la divination et au spiritisme ; il devient médium de premier ordre, et même « prêtre spirite ».


JÉSUS EXPULSE ESPRIT MAUVAIS

Sous l’emprise du démon

 Bartolo, rapidement épuisé par les jeûnes prolongés que lui demande le démon et par toute sorte de phénomènes hallucinatoires, perd sa santé.

 

Il écrira :   

  « L’esprit mauvais qui m’assistait, voulait s’emparer de mon âme formée à la piété depuis mes premières années et me demander l’adoration et l’obéissance aveugle.

Il se faisait passer pour l’archange Michel, m’imposant la récitation des psaumes et des jeûnes rigoureux. Il réclamait que son nom, comme signe de puissance et de protection, fût écrit en tête de tous mes papiers et que je le portasse sur mon cœur, inscrit en chiffres rouges dans un triangle de parchemin. »

 

Mais, pour l’instant, le jeune homme, inquiet du surnaturel et de l’au-delà, est toujours poussé par son désir de percer le mystère de l’autre monde. De fait, personne ne peut totalement éviter de s’interroger sur l’énigme de la vie et de la mort.

La conversion

 Mais le bon ange de Bartolo veille sur lui. Il lui fait rencontrer un ancien ami, le professeur Vincenzo Pepe, pour lequel il a de l’estime et du respect. Mis au courant des pratiques spirites de Bartolo, il conseille à celui-ci de se repentir et de se confesser. « Tu veux donc mourir dans une maison de fous et, de plus, être damné ? », lui demande-t-il. Le coup porte.

 Fortifié par les paroles du professeur Pepe, Bartolo se présente au confessionnal du père Radente. En présence de cet individu bizarre, à la face ornée d’une barbe de mousquetaire, le père croit d’abord avoir affaire à un malfaiteur qui prépare un mauvais coup ! Mais quand, après avoir longtemps hésité, le jeune homme s’approche et lui parle, le prêtre sait trouver les mots qui font tomber les écailles des yeux de son pénitent. La confession est sincère et profonde.

 confession reconciliation

Par la suite, Bartolo affirmera à ceux qui ne croient pas à l’action du démon dans le spiritisme : « Je l’ai expérimenté, et c’est par un miracle de la Très Sainte Vierge que j’en ai été délivré. »

marierosaire

Une  nouvelle vie, au service de la Sainte Vierge, commence pour lui. Il se met à réciter chaque jour le Rosaire, prière à laquelle il sera fidèle jusqu’à la fin de sa vie. Bartolo entre dans le tiers ordre dominicain, sous le nom de « fratel Rosario » (frère Rosaire). Il a 30 ans. Sous la direction du père Radente, il s’initie à l’étude des oeuvres de saint Thomas d’Aquin.


Notre-Dame de Pompéi

Madone-de-Pompéi

Pendant ce temps, il continue d’exercer la profession d’avocat. Mais sa santé délabrée ne lui permet plus un travail régulier. Des personnes charitables s’inquiètent de lui. La comtesse Marianna de Fusco, devenue veuve, l’invite à venir s’établir chez elle en tant que précepteur de ses enfants.

Elle possède, à côté des ruines de l’ancienne Pompéi, près de Naples, des terres dont elle n’a pas la possibilité de s’occuper.

 Pour lui rendre service, « fratel Rosario» s’offre à les administrer. Il prend alors conscience de l’effrayante misère spirituelle et matérielle de cette région. Que faire en face de tant de besoins ? Il commence par fonder une confrérie du Très-Saint-Rosaire ; il parcourt la campagne, entrant dans les fermes pour apprendre aux gens à prier, distribuant médailles et chapelets.

Peu à peu, la pratique religieuse revient. Puis, sur les conseils de l’évêque, il construit une église qu’il fait consacrer à Marie. Il installe au-dessus du maître-autel un tableau de la Sainte Vierge qui ne tarde pas à faire tomber du Ciel une véritable pluie de miracles.

 Léon XIII dira : « Dieu s’est servi de cette image pour accorder des grâces innombrables qui ont ému l’univers. »


Bartolo.Longo

Un orphelinat

 Avec l’affluence des pèlerins auprès du nouveau sanctuaire, arrivent les ex-voto de reconnaissance et aussi les aumônes.

Bartolo en profite pour fonder un orphelinat où il recueille orphelines et enfants de prisonniers, leur assurant ainsi une éducation, un métier et une instruction religieuse.

Trois ans après cette fondation, il écrit aux criminologues de l’époque, selon lesquels les enfants de criminels deviendraient certainement des criminels :

  « Qu’avez-vous fait, vous, en enlevant le Christ des écoles ? Vous avez produit des ennemis de l’ordre social, des subversifs. Au contraire, qu’avons-nous gagné, nous, en mettant le Christ dans les écoles, des fils de détenus ? Nous avons transformé en jeunes gens honnêtes et vertueux ces malheureux que vous vouliez abandonner à leur triste misère ou jeter dans un asile de fous ! « 


 Bartolo Longo et La comtesse Marianna de Fusco ET son époux Bartolo Longo 93260C

La comtesse Marianna de Fusco (veuve 5 enfants) épouse Bartolo Longo sur les conseils du pape  Léon XIII (Ces épousailles demeurent virginales, ce qui n’empêchera pas les deux époux de s’aimer profondément en Dieu. )

Face aux calomnies

Cependant la collaboration de Bartolo avec la comtesse de Fusco fait jaser et leur attire à l’un et à l’autre une véritable campagne de calomnies. Ils consultent Léon XIII qui leur répond : «Mariez-vous. Et personne n’aura plus rien à dire. » Aussi, le 19 avril 1885, maître Barthélemy Longo épouse-t-il la comtesse de Fusco. Ces épousailles demeurent virginales, ce qui n’empêchera pas les deux époux de s’aimer profondément en Dieu. Grâce à eux, l’oeuvre de Pompéi se poursuit et s’étend. La misère de jadis a fait place à une laborieuse prospérité.

 rose rose fleurMais les roses ne sont pas sans épines : en 1905, le fils aîné de la comtesse, maladroit en affaires, est acculé à la faillite. Une plainte est portée auprès du pape saint Pie X : « Les offrandes de messes aboutissent dans les poches du fils de Madame Barthélemy Longo. »

 Pour arranger cette sombre affaire, montée de toutes pièces, Bartolo renonce spontanément en faveur du Saint-Siège à toutes ses oeuvres.

« Saint-Père, dit-il au pape, puis-je à présent mourir tranquille ? – Oh, non !, réplique le Pape, vous ne devez pas mourir, mais travailler, Bartolo nostro ! ». Par obéissance donc, il travaillera jusqu’à épuisement de ses forces.

PAPE FRANCIS

 Lors de sa visite à Naples, le Souverain Pontife François a visité le Sanctuaire de Pompéi et a prié devant les restes du bienheureux Bartolo Longo. Premier arrêt du voyage du Pape

NOTRE DAME DE POMPÉI statue-of-our-lady-of-pompeii-in-the-village-of-marsaxlokk-malta-

Les derniers jours de Bartolo se passent dans le recueillement et la prière. Atteint d’une double pneumonie, il s’éteint le 5 octobre 1926, à l’âge de 85 ans.

« Mon seul désir est de voir Marie qui m’a sauvé et me sauvera des griffes de Satan. » Telles sont ses dernières paroles.

 « Le Rosaire en main, le bienheureux Bartolo Longo dit à chacun de nous : “Réveille ta confiance en la Très Sainte Vierge du Rosaire. Sainte Mère honorée, je repose en Vous toute mon affliction, toute mon espérance et toute ma confiance !” » (Homélie de béatification).


http://jeunes-anciennes-de-saintjoseph.over-blog.com/article-le-bienheureux-bartolo-longo-un-saint-contre-satan-97539515.html

Bienheureux Bartolo Longo…

Bartolo_Longo_A_35_anni

Cet Italien né en 1841 perdit sa mère alors qu’il n’avait que dix ans. Dès lors, il s’éloigna peu à peu de la foi catholique. Quand il entra à l’université à Naples (où saint Thomas d’Aquin lui-même avait étudié), il souhaita goûter pleinement à la vie d’un étudiant de l’époque dans un établissement public. Dans l’Italie du milieu du XIXe siècle, cela rimait avec anticléricalisme, athéisme et enfin, un intérêt pour les sciences occultes.

Bartolo se mit à assister à des séances, goûta à la drogue et prit même part à des orgies. Il incitait les gens à répudier leur foi, ridiculisant publiquement la religion de son enfance. Très vite, le tout nouvel avocat fut « ordonné » prêtre de Satan lors d’une cérémonie occulte. Alors que l’évêque sataniste énonçait des paroles blasphématoires, les murs de la pièce se mirent à trembler et des cris lugubres résonnèrent, terrifiant les personnes présentes.

Très vite, Bartolo devint paranoïaque et alla de plus en plus mal. Alors qu’il était au bord de la dépression nerveuse mais continuait à s’accrocher à ses pratiques satanistes.

Sa famille priait pour lui. Tout comme pour saint Augustin, les ferventes prières de sa famille finirent par faire tomber le mur de colère et de péchés que Bartolo avait construit autour de lui. Une nuit, il entendit la voix de sa mère lui crier de retourner vers Dieu.


“Être damné à jamais, est-ce cela que tu veux ?”

Sous le choc, Bartolo alla trouver un ami qui vivait dans le voisinage, le professeur Vincenzo Pepe. Quand Pepe prit conscience de ce qu’il était advenu de Bartolo, il s’écria :

« Mourir dans un asile de fous et être damné à jamais, est-ce cela que tu veux ? »

Le courage qu’eut Pepe de nommer crûment le danger qui le menaçait eut raison des dernières défenses de Bartolo. Il accepta de rencontrer un prêtre dominicain, le frère Alberto Radente.

Frère Alberto prit le temps de connaître Bartolo et devint son directeur spirituel ; il l’encouragea à faire une confession approfondie. Au bout d’un mois, Bartolo se confessa, fut absous et entreprit de ramener les gens à Dieu. Il se rendait dans les cafés, dans les soirées étudiantes et dénonçait les cérémonies occultes. Il se mit au service des pauvres, et enseigna aux ignorants ; au bout de six ans, il entra dans le tiers-ordre dominicain, le jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire.

Consacré, purifié, Bartolo assista alors à une dernière séance occulte.


BARTOLO LONGO oessj-icono-76

Il entra dans la pièce, brandit un chapelet et proclama :

« Je renonce au spiritisme, car ce n’est qu’un labyrinthe

de mensonges et de fourvoiements. » NOTRE DAME DE POMPÉI

Mais, tout absous qu’il fut, Bartolo avait du mal, comme la majorité d’entre nous, à assumer son passé. Il se sentait indigne du pardon de Dieu, convaincu de son impureté, persuadé d’être abîmé pour toujours par son péché. Un jour, alors qu’il se trouvait dans un champ dans la région de Pompéi où il venait en aide à des fermiers démunis, il se remémora sa vie passée.

« Malgré mon repentir, je me disais : Je suis toujours consacré à Satan, et je suis toujours son esclave et sa propriété, puisqu’il m’attend en enfer. Alors que je méditais sur ma situation, je ressentis une grande vague de désespoir et faillis me suicider. » À cet instant, Bartolo se remémora le rosaire de son enfance, et se souvint de l’amour de la Vierge Marie. Il ressentit qu’elle lui disait :

« Qui propage le saint Rosaire est sauvé. »

Des groupes de prière du Rosaire

bartolo-longo

Bartolo s’installa alors dans la ville de Pompéi, où il fonda des groupes de prière du Rosaire, organisa des processions mariales et entreprit la construction d’un sanctuaire dédié à Notre-Dame du Rosaire. Son œuvre était financée par la comtesse di Fusco, une veuve mère de cinq enfants avec qui il travaillait très étroitement, si bien que des rumeurs naquirent quant à la nature de leur relation.

Bien que Bartolo ait fait vœu de chasteté, le pape Léon III l’encouragea à épouser la comtesse pour protéger leur réputation et ainsi perpétuer leur œuvre commune ; tous deux conclurent à un mariage blanc et continuèrent à servir les plus démunis.

Bartolo Longo Le Bienheureux

Pendant plus de 50 ans, Bartolo enseigna la prière du Rosaire, fonda des écoles pour les pauvres, créa des orphelinats pour les enfants de criminels, et transforma une ville de mort en une ville de la vivante Mère de Dieu. Lors de sa béatification en 1980, Jean Paul II, lui-même le pape sans doute le plus marial depuis saint Pierre, proclama que Bartolo Longo était « l’Apôtre du Rosaire«.

Bartolo Longo eut un passé tumultueux. Mais ce passé de prêtre sataniste, de jeune homme vil, dégénéré, blasphématoire… ne l’empêcha pas de devenir Bienheureux, et d’être bientôt

Demandons-lui d’intercéder pour ceux qui pensent que leur cas est désespéré, que leur pureté est à jamais entachée, que leur vie est à jamais brisée et qui ont perdu tout espoir de sainteté.

Qu’ils puissent rejoindre les rangs de meurtriers, de drogués, de satanistes qui brillent d’une lumière intacte autour du trône de l’Agneau sans tâche.


http://www.saintjosephduweb.com/Ils-meritent-d-etre-connus-Bienheureux-Bartolo-Longo-fete-le-5-octobre_a98.html

 

Publié dans Bartolo Longo, Bienheureux*Un Saint contre Satan | Tagué ,

*LE CHEMIN DE CROIX* Médité par le Père Bernard Gillard..Chemin de guérison et de libération*


crucifixPere Bernard Gillard-BG0694crucifix

Le Chemin de Croix médité par

Le Père Bernard Gillard 1918-1997.

baredore-jpg

Très touchant !
Il nous a laisser un bel héritage..Des guérisons et libérations s’accomplissent à l’écoute de cette méditation très intense! Ce prêtre était prédicateur au foyer de Charité de l’époque de la Roche D’or. Un de ses ouvrages publiés  »De l’Atome à l’amour » Merci Seigneur !

baredore-jpg


Publié dans Le Chemin de Croix, Père Bernard Gillard-1918-1997 | Tagué

Prions avec Luisa Piccarreta…de la Communauté Hozana*Extrait du Livre Les 24 Heures la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ* Vendredi Saint–Vingt-troisième Heure–Jésus transpercé par la lance – Sa déposition*


luisa au lit

barre mauve

A)    Prions

Ô mon Seigneur Jésus-Christ, prosterné devant toi, je supplie ton Cœur infiniment amoureux de bien vouloir m’admettre à la méditation des Heures douloureuses de ta Passion durant lesquelles, par Amour pour nous, tu voulus souffrir dans ton Corps adorable et dans ton Âme infiniment sainte, jusqu’à mourir sur la Croix. Daigne me donner ton aide, ta grâce, ton amour, ainsi qu’une profonde compassion à ton endroit et une profonde compréhension de tes Souffrances, pendant que je méditerai sur la vingt-troisième Heure.

Et pour les Heures sur lesquelles je ne pourrai pas méditer, c’est-à-dire celles pendant lesquelles je serai contraint(e) soit de m’appliquer à mes devoirs journaliers, soit de m’adonner au sommeil, je veux t’offrir la volonté que j’ai de méditer aussi sur elles.  Accepte, ô Seigneur miséricordieux, mon intention d’amour, et fais en sorte que ces heures me profitent et profitent à beaucoup d’autres comme si je les faisais effectivement et saintement.  Entre temps, je te rends grâce, ô Jésus, toi qui m’appelles à m’unir à toi dans la prière, et je me plonge dans tes pensées, tes paroles, ta Volonté et ton amour, en implorant l’aide de ta très sainte Mère et de mon ange gardien. Amen, Fiat.

barre mauve


B)   Jésus transpercé par la lance – Sa Déposition

jésus transpercé lance

Mon Jésus, quand tu as expiré, toute la nature a pleuré ta douloureuse mort, te reconnaissant pour son Créateur. Les anges, par milliers, volent autour de la Croix et pleurent ta mort. Ils t’adorent, toi notre vrai Dieu, et t’accompagnent aux limbes, où tu te rends pour combler de joie tant d’âmes qui, depuis des siècles, te désirent ardemment.

Mon Jésus mort, je ne sais pas comment me détacher de ta Croix, et je ne me rassasie pas de baiser tes Plaies infiniment saintes qui me disent avec éloquence combien tu m’aimes. À voir tes horribles déchirures, la profondeur de tes Plaies, si profondes qu’elles découvrent tes Os, je me sens mourir ! Je voudrais tant pleurer sur ces Plaies que je les laverais de mes larmes. Je voudrais tant t’aimer que je te guérirais tout entier par mon amour et que je restituerais à ton Humanité méconnaissable sa Beauté originale. Je voudrais m’ouvrir les veines pour remplir les tiennes de mon sang et te ramener à la vie.

Ô mon Jésus, que ne peut pas faire l’Amour ? L’Amour est Vie ! Et moi, au moyen de mon amour, je veux te redonner la vie. Et si mon amour ne suffit pas, donne-moi ton propre Amour, et au moyen de cet Amour, je pourrai tout. Oui, je pourrai redonner Vie à ton Humanité infiniment sainte.

Ô mon doux Jésus, même mort, tu veux me témoigner ton Amour et me donner un refuge dans ton Cœur Sacré. Poussé par une force suprême, un soldat, pour s’assurer de ta mort, te déchire le Cœur d’un coup lance, t’y ouvrant une Plaie profonde. Et toi, mon Amour, tu verses les dernières gouttes de sang et d’eau que contient ton Cœur embrasé. Ah ! combien de choses me dit cette Plaie ouverte par l’Amour !

Et si ta Bouche est muette, ton Cœur me parle et me dit:

lance rubens

« Mon enfant, après avoir tout donné, j’ai voulu, par ce coup de lance, ouvrir dans mon Cœur un refuge pour toutes les âmes. Mon Cœur ouvert, criera continuellement à tous: « Venez à moi si vous voulez être sauvés. En moi vous trouverez la sainteté, le soulagement dans les afflictions, la force dans la faiblesse, la paix dans les doutes, la compagnie dans la solitude. »

« Ô âmes qui m’aimez, si vous voulez m’aimer vraiment, demeurez toujours dans ce Cœur. C’est ici que vous trouverez l’Amour vrai pour aimer et des flammes ardentes pour vous brûler et vous consumer d’Amour. Tout est concentré dans ce Cœur : c’est là que se trouvent les sacrements, la vie de mon Église, et la vie de toutes les âmes. »

« En lui, je ressens aussi les profanations qui se font contre mon Église, les intrigues de ses ennemis, les flèches qu’ils lui décochent, mes enfants qu’ils piétinent. Car il n’y a pas d’offense que mon Cœur ne ressente. Par conséquent, mon enfant, que ta vie soit en mon Cœur. Défends-le, répare toutes les offenses contre lui, conduis-y tous les gens. »

jésus crucifixion-anonimo-s-xvi-1343511481_org

Mon Jésus, puisque par Amour pour moi, tu t’es laissé blesser le Cœur par une lance, alors, de tes Mains, blesse mon cœur, mes affections, mes désirs et tout moi-même. Qu’il n’y ait rien en moi qui ne soit blessé par tes Mains amoureuses. Je m’unis aux Peines navrantes de notre chère Maman, qui, en voyant qu’on te déchire le Cœur, défaille de Douleur et d’Amour. Comme une colombe, elle vole en ton Cœur pour y occuper la première place, pour y être la première Réparatrice, la Reine, la Médiatrice entre toi et les créatures.

Avec ma Maman, je veux moi aussi voler dans ton Cœur afin de voir comment elle y répare les offenses des créatures. Ô mon Jésus, dans ton Cœur blessé, je trouverai la Vie, si bien que, peu importe ce que je ferai, mes actions y trouveront vie. Je ne donnerai plus de vie à mes pensées, mais si elles veulent la vie, je prendrai tes Pensées. Ma volonté n’aura plus de vie, mais si elle veut la vie, je prendrai ta Volonté. Mon amour n’aura plus de vie, mais s’il veut la vie, je prendrai ton Amour. Ô mon Jésus, toute ta Vie m’appartient : c’est ta Volonté.

Croix descente jésus 06-

Mon Jésus mort, je vois que tes disciples se dépêchent de te déposer de la Croix. Joseph et Nicodème qui, jusqu’à présent, étaient tes disciples en secret, eh bien, avec courage, sans craindre quoi que ce soit, veulent maintenant te donner une sépulture honorable. Ils prennent des marteaux et des tenailles pour accomplir le déclouement sacré et si triste, tandis que ta Mère, affligée, étend ses Bras maternels pour te recevoir sur son Sein.

Mon Jésus, tandis qu’ils te déclouent, je veux aider tes disciples à soutenir ton Corps infiniment saint. Au moyen des clous qu’ils t’enlèvent, cloue-moi tout entière sur toi. Avec ta sainte Mère, je veux t’adorer, t’embrasser, puis m’enfermer dans ton Cœur pour ne plus jamais en sortir.

barre mauve


C) Jésus transpercé par la lance–Sa déposition–Réflexions et pratiques

lance jésus

Après sa mort, Jésus a voulu, par Amour pour nous, être blessé par une lance. Et nous, nous laissons-nous blesser en toutes choses par Jésus? Ou bien nous laissons-nous blesser par les créatures, par les plaisirs, par l’attachement à nous-mêmes?

Les froideurs, les obscurités, les mortifications internes et externes sont des blessures que le Seigneur présente à notre âme; si nous ne les recevons pas des Mains de Dieu, nous nous blessons nous-mêmes, et nos blessures activent nos passions, nos faiblesses, notre amour-propre et tous nos maux. Si, au contraire, nous les recevons comme des blessures aménagées en nous par Jésus, il y mettra son Amour, ses Vertus et sa Ressemblance, ce qui nous fera mériter ses Baisers, ses Caresses et tous les Stratagèmes de l’Amour divin. Ces blessures seront des voix qui l’appelleront et le contraindront à demeurer avec nous continuellement.

Ô mon Jésus, que ta lance soit le garde qui me défende de toute blessure provenant des créatures.

En quittant la Croix, Jésus est déposé dans les Bras de sa Maman. Et nous, déposons-nous dans les Mains de notre Maman nos doutes, nos anxiétés, nos craintes? Jésus reposa sur le Sein de sa sainte Mère. Et nous, faisons-nous reposer Jésus en nous en faisant disparaître nos craintes et nos agitations?

Ma Maman, de tes Mains maternelles enlève de mon cœur tout ce qui pourrait empêcher Jésus de reposer en moi.

barre mauve


D)   Remerciements et offrandes

jésus descente

Mon aimable Jésus, tu m’as appelé durant cette Heure de la Passion à te tenir compagnie, et je suis venu.  Il m’a semblé te voir prier, réparer et souffrir et, avec les Paroles les plus tendres, plaider pour le salut des âmes.  J’ai cherché à te suivre en tout.  Avant de te laisser, je veux te dire un « MERCI » et un « SOIS BÉNI ».  Oui, ô Jésus, merci mille fois.  Je te loue et te bénis pour tout ce que tu as fait et souffert pour moi et pour tous.  Je te dis merci et je te bénis pour chaque goutte de ton Sang et chacune de tes Larmes versées, pour chacune de tes Respirations, chaque Battement de ton Cœur, chacun de tes Pas, de tes Paroles et de tes Regards, et pour chaque offense que tu as supportée pour nous.  De grâce, fais en sorte, ô mon Jésus, que tout mon être t’envoie un flot continue de remerciements et de bénédictions, de sorte que cela attire sur moi et sur toutes les créatures les flots de tes Grâces et de tes Bénédictions.

Ô Jésus, serre-moi sur ton Cœur avec tes Mains infiniment saintes :  marque toutes les parcelles de mon être de ton « je te bénis », de sorte que rien ne sorte de moi sauf un hymne d’amour ininterrompu pour toi!  Je m’abandonne à toi et je veux te suivre en tout.  Je laisse mes pensées en toi pour qu’elles te défendent de tes ennemis; mes respirations pour qu’elles te servent de cortège et te tiennent compagnie; les battements de mon cœur pour te dire sans cesse « je t’aime » et pour te dédommager de l’amour que ne te donnent pas les autres créatures; les gouttes de mon sang en offrande de réparation et pour te restituer les hommes et l’estime dont te privent tes ennemis; finalement tout mon être pour te garder.

luisa1

barre mauve

MON DOUX AMOUR, bien que je doive vaquer à mes affaires, je reste dans ton Cœur et je crains d’en sortir.  Tu me garderas en toi, n’est-ce pas?  Nos battements de cœur s’entendront l’un l’autre et se confondront, de sorte qu’ils me donneront vie, amour, et union étroite et inséparable avec toi.  Mon Jésus, si tu vois que je suis sur le point de te fuir, que tes Battements de Cœur s’accélèrent dans mon cœur, que tes Mains me pressent plus fortement sur ton Cœur, que tes Yeux me regardent et me jettent des flèches de feu, afin que, te ressentant, je me laisse tout de suite gagner à rester avec toi.

Je t’en prie, ô mon Jésus, donne-moi le Baiser de l’Amour divin et bénis-moi.  Et moi, je baise ton Cœur infiniment doux et je reste en toi.

Que la bénédiction de Dieu, le Tout-Puissant, Père et Fils et Esprit-Saint, descende sur moi et y demeure à jamais. AMEN.

barre mauve


https://hozana.org/publication/31386-vingt-troisieme-heure
Extrait du Tome-11–Le Livre du Ciel †
Sophie

 

Publié dans Luisa Piccarreta | Tagué

Apparitions & Prophéties de Notre Dame du Bon Succès à Quito, Équateur, du 2 Février 1594 au 8 Décembre 1634…à Mère Mariana de Jésus Torres..


notre dame du bon succes1

Le Couvent de l’Immaculée Conception a été le premier couvent de religieuses dans la ville de Quito, en Équateur. La noblesse catholique de la ville de Quito demanda cette faveur au roi Philippe II, de sorte que les femmes de la colonie puissent profiter des avantages de la vie religieuse. Cinq Sœurs professes de l’Ordre furent envoyées par l’Espagne comme mères fondatrices du nouveau couvent.

Elles étaient accompagnées par une jeune fille de 13 ans, Mariana de Jésus Torres nièce de la Mère Supérieure. Elle allait devenir la plus connue des mères fondatrices, mais elle est restée presque inconnue en dehors de l’Équateur jusqu’au 20ème siècle.

Le couvent fut fondé officiellement le 13 Janvier 1577.

barr rose

La jeune novice fit de rapides progrès dans la vie spirituelle et apprécia et reçu beaucoup de faveurs du Ciel. Elle pratiqua également la pénitence sévère et fut choisi par Dieu à souffrir comme une âme victime. Beaucoup de ses souffrances étaient occasionnés par certaines de ses sœurs en religion qui étaient laxistes, et qui se rebellèrent contre la manière de vie austère instauré par le Bienheureux Beatriz de Silva et les mères fondatrices espagnoles, et régis par la Sainte Règle de la Communauté. Finalement Madre Mariana fut choisi pour être Abbesse à la place de sa tante malade, qui mourut peu après.


Première Apparition de Notre-Dame du Bon Succès le 2 février 1594

Mariana_de_Jesus

barr rose

Très tôt le matin du 2 Février 1594, Mère Mariana était en prière dans le chœur supérieur du couvent, implorant avec ferveur Jésus et Marie pour le soulagement de nombreux événement sévères auxquels le couvent avait été soumis. Au cours de sa longue prière, elle entendit une voix douce appeler son nom. Se levant rapidement, elle vit la Vierge Marie tenant l’Enfant Jésus dans son bras gauche. Se demandant qui c’était, Notre-Dame répondit :

« Je suis Marie du Bon Succès, la Reine du Ciel et de la Terre ... comme sa Mère, je porte (l’Enfant Jésus) ici, dans mon bras gauche, afin qu’ensemble nous puissions arrêter la main de la justice divine, qui est toujours si prête à châtier ce monde malheureux et criminel.

« Dans ma main droite, je porte la crosse que vous voyez, car je désire gouverner ce couvent comme Abbesse et Mère … Satan va commencer à essayer de détruire cette œuvre de Dieu … Mais il ne réussira pas, parce que je suis la Reine de Victoires et la Mère du Bon Succès, et c’est sous cette invocation que je désire être connue à travers tous les temps … »

notre dame du bon succes

La Très Sainte Vierge Marie plaça l’enfant Jésus dans les bras de Mère Mariana, lui donnant un fort désir de souffrir comme une âme victime.

barr rose

Notre-Dame Commande qu’une Statue soit Fabriquée

Notre-Dame apparut de nombreuses fois à Mère Mariana. Lors de l’apparition du 16 Janvier 1599, Notre-Dame commanda à Mère Mariana d’avoir une statue la montrant comme elle avait apparu à la sainte religieuse. Elle lui ordonna alors de mesurer sa taille avec le cordon de son habit religieux. Notre-Dame promit ce qui suit:

« Quand les tribulations de l’esprit et les souffrances du corps les opprimeront et qu’ils sembleront se noyer dans une mer sans fond, laissez-les contempler mon image sainte, qui sera pour eux une étoile pour les naufragés. Je serai toujours là, prête à écouter leurs lamentations et à calmer leurs pleurs. Dites-leur qu’ils doivent toujours avoir recours à leur Mère avec foi et amour … »


Mère Mariana de Jesus Torres

Avertissements à propos du 20ème Siècle

Tôt dans la matinée du 21 Janvier 1610, Mère Mariana fut favorisée par une apparition des archanges Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël. Puis Notre-Dame apparut et fit de nombreuses prédictions :

« Ainsi, je te le fais savoir que de la fin du 19ème siècle et peu après le milieu du 20e siècle, dans ce qui est aujourd’hui la Colonie et sera alors la République de l’Équateur, les passions vont éclater et il y aura une corruption totale des mœurs. Satan régnera presque entièrement par le moyen de la secte maçonnique.

« Ils se concentreront principalement sur les enfants afin de soutenir cette corruption générale. Malheur aux enfants de ces moments ! Il sera difficile de recevoir le sacrement du Baptême, et également celui de la Confirmation … Souvent, durant cette époque, les ennemis de Jésus-Christ, à l’instigation du diable, vont voler des hosties consacrées dans les églises, afin qu’ils puissent profaner les espèces eucharistiques …

« Comme pour le sacrement du mariage ... il sera attaqué et profondément profané L’esprit catholique va rapidement être contaminé; la précieuse lumière de la Foi sera progressivement éteinte … Ajouté à cela seront les effets de l’éducation laïque, qui sera l’une des raisons de la pénurie de vocations sacerdotales et religieuses.

« Le sacrement de l’Ordre sera ridiculisé, opprimé et méprisé … Le diable va essayer de persécuter les ministres du Seigneur de toutes les manières possibles, il travaillera avec perspicacité cruelle et subtile afin de les dévier de l’esprit de leur vocation et va corrompre beaucoup d’entre eux. Ces prêtres dépravés, qui scandaliseront le peuple chrétien, créant la haine des mauvais catholiques et les ennemis de l’Église catholique romaine et apostolique à tous les prêtres …

« En outre, dans ces temps malheureux, il y aura un luxe effréné, qui piègera le reste dans le péché et fera la conquête d’innombrables âmes frivoles, qui seront perdus. L’innocence ne pourra presque plus se trouver chez les enfants, ni la modestie chez les femmes. En ce moment suprême de la nécessité de l’Église, celui qui doit parler se taira. »


notre dame du bon succes1

Les Apparitions seront connues au 20ème Siècle

Tôt dans la matinée du 2 Février 1610, Notre-Dame apparut de nouveau à Mère Mariana et répéta sa commande d’avoir une statue. Puis elle ajouta:

« Dites à l’évêque que c’est ma volonté et la volonté de mon Très Saint Fils que votre nom soit caché à tout prix car il n’est pas approprié pour n’importe qui à l’heure actuelle de connaître les détails ou l’origine de la façon dont cette statue est venue à être faite. Cette information ne sera connue du grand public qu’au 20e siècle.

« Durant cette époque, l’Église se trouvera attaquée par des hordes terribles de la secte maçonnique, et cette pauvre terre équatorienne sera angoissante à cause de la corruption des mœurs, luxe effréné, une presse impie, et l’éducation séculier. Les vices de l’impureté, le blasphème et les sacrilèges vont dominer dans ces moments de désolation dépravée, et où celui qui doit parler sera silencieux … »


notre dame du bon succes3

La Statue est terminée par des Anges

Le sculpteur de la statue de Notre-Dame du Bon Succès a été effectivement nommé à ce travail par Notre-Dame elle-même.

Néanmoins, le travail a été prévu pour être complété par les anges. Mère Mariana fut témoin de ce prodige tôt dans la matinée du 16 Janvier 1611. Elle a vu dans la vision de la Très Sainte Trinité, la Très Sainte Vierge Marie, les neuf chœurs des anges, et en particulier les Archanges Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël, avec le séraphique Saint François.

 

Ces quatre derniers approchèrent de la statue et terminèrent le travail que le sculpteur avait eu l’intention de terminer ce jour-là.

Puis elle vit Notre-Dame y entrer et animer la statue.

anges_du_ciel

 

Tous ces faits ont été attestés par Mère Mariana à l’évêque, avant que la statue ne soit solennellement consacrée et installée. Le sculpteur, lui aussi, a témoigné qu’il n’avait pas terminé la statue, et que ça doit être l’œuvre des Anges.

 


Cinq Prophéties pour notre temps

Mariana de Jesús Paredes y Flores1

barr rose

La plus importante des apparitions de Notre-Dame du Bon Succès eu lieu presqu’à la fin de la vie de Mère Mariana. Le matin du 2 Février 1634, jour de la fête de la Purification de la Très Sainte Vierge Marie, Mère Mariana priait devant le Saint Sacrement, le suppliant qu’elle puisse être unie à lui et qu’elle soit englouti dans cet amour qui appartient à la Vierge. Elle lui rappela également de protéger et préserver ses filles dans ce couvent bien-aimé.

Comme elle achevait cette prière, elle vit la lumière s’éteindre du sanctuaire, laissant l’autel complètement sombre. Notre-Dame lui apparue pour lui dire que Notre-Seigneur avait entendu ses clameurs et mettrait fin à son exil terrestre en moins d’un an :

« Préparez votre âme de telle sorte que, de plus en plus épurée, qu’elle puisse entrer dans la plénitude de la joie de Notre-Seigneur. Oh ! Si les mortels, et en particulier les âmes religieuses, pouvaient savoir ce que le ciel est et ce qu’il est de posséder Dieu ! Ils vivraient certainement autrement ! Pas plus qu’ils n’épargneraient aucun sacrifice pour le posséder ! »


La Très Sainte Vierge Marie expliqua ensuite les cinq sens de la lumière du Tabernacle qui avait été éteinte sous les yeux de Mère Mariana.

tabernacle autel_lumiere_rouge_s

barr rose

  1. « La première signification est que à la fin du 19ème siècle et dans le 20e siècle, diverses hérésies seront propagées sur cette terre, puis dans une république libre. Comme ces hérésies se propageront et domineront, la précieuse lumière de la foi s’éteindra dans les âmes par la corruption presque totale des coutumes (des mœurs). Durant cette période, il y aura de grandes calamités physiques et morales, publiques et privées.

« Le petit nombre d’âmes qui, caché, essayera de préserver le trésor de la foi et les vertus, souffrira un martyre indiciblement cruel et prolongé. Beaucoup d’entre eux succomberont à la mort de la violence de leurs souffrances, et ceux qui se sacrifieront pour l’Église et le pays seront comptabilisés comme des martyrs.

« Afin de libérer les hommes de la servitude de ces hérésies, ceux dont l’amour miséricordieux de mon Très Saint Fils destinera à la restauration auront besoin d’une grande force de volonté, de constance, de courage et beaucoup de confiance en Dieu. Pour tester cette foi et la confiance du juste, il y aura des occasions où tout sera semblera être perdu et paralysé. Ce sera alors l’heureux début de la restauration complète. »

saint louis marie grignion de monfort1

Ces âmes choisies, qui restaureront la santé de l’Église, sont décrites en détail, comme les apôtres des derniers temps, par Saint Louis-Marie de Montfort dans sa Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge Marie..

  1. « Le deuxième raison, » dit Notre-Dame, « c’est que mon couvent, étant fortement réduit en taille, sera immergé dans un océan sans fond d’amertume indicible, et semblera se noyer dans ces diverses eaux de tribulations. » Beaucoup de vocations authentiques périront, continua-t-elle. L’injustice entrera même dans ce couvent, « déguisée sous le nom de fausse charité, elle fera des ravages dans les âmes. » Et les âmes fidèles, pleurant et implorant en secret que de tels moments terribles soient raccourcie, subiront un martyr continu et lent.

barr rose

III. « La troisième raison pour laquelle la lampe fut éteinte c’est à cause de l’esprit d’impureté qui sature l’atmosphère de ces moments. Comme un océan sale, cette impureté se déroulera dans les rues, les places et lieux publics avec une liberté étonnante. Il n’y aura presque pas d’âmes vierges dans le monde, » lui dit Notre-Dame. La fleur délicate de la virginité sera menacée par l’anéantissement complet. Toutefois,

Elle promit qu’il y aurait toujours des bonnes âmes dans des cloîtres où elles pourraient prendre racine, grandir et vivre comme un bouclier pour dévier la colère divine. « Sans la virginité, » dit-Elle, « il serait nécessaire pour le feu du ciel de tomber sur ces terres pour les purifier. »

  1. La quatrième raison pour laquelle la lampe fut éteinte, c’est que les sectes maçonniques, ayant infiltré toutes les classes sociales, auront subtilement introduit leur enseignement dans les milieux domestiques afin de corrompre les enfants, et le diable se glorifiera de manger sur la délicatesse exquise des cœurs des enfants.

« En ces temps malheureux, » prédit Notre-Dame, « le mal lancera un assaut sur l’innocence de l’enfance. De cette façon, les vocations au sacerdoce seront perdues, ce qui sera une véritable calamité. »


-notre-dame-du-bon-succes4

Une fois encore, Notre-Dame promit que pendant ces temps, il y aura encore des communautés religieuses qui soutiendront l’Église et aussi de saints ministres de l’autel – et de belles âmes cachées, qui travailleront avec courage, zèle et désintéressement pour le salut des âmes. « Contre eux, » avertit-elle, « les impies feront rageusement une guerre cruelle, laissant tomber sur eux des vitupérations, des calomnies et des vexations pour faire obstacle à l’accomplissement de leur ministère.

Mais eux, comme des colonnes fermes, resteront inébranlable et confronteront le tout avec l’esprit d’humilité et de sacrifice qu’ils auront acquis, en vertu des mérites infinis de mon Fils Très Saint, Qui les aime dans les fibres les plus intimes de Son Cœur Très Saint et tendre. »

« Pendant ce temps, » prédit Notre-Dame, « le clergé séculier sera loin de son idéal, parce que les prêtres deviendront négligents dans leurs devoirs sacrés. Manquant de la boussole divine, ils s’écarteront de la route tracée par Dieu pour le ministère sacerdotal et ils deviendront attachés aux biens à la richesse, et les richesses dont ils s’efforceront indûment d’obtenir.

 

« Comme l’Église souffrira à cette occasion la nuit obscure de l’absence d’un Prélat, un Père pour veiller sur eux avec amour, douceur paternelle, force, discernement et prudence. Beaucoup de prêtres perdront leur esprit, en mettant leurs âmes en grand danger. »

barr rose


Notre-Dame continua à expliquer la quatrième raison de

l’extinction de la lumière du Tabernacle :

LUMIERE ST SACREMENT

« Par conséquent, prier avec insistance sans se fatiguer et pleurer avec des larmes amères dans le secret de votre cœur. Implorez notre Père Céleste qui, pour l’amour du Cœur Eucharistique de mon Fils Très Saint et de Son Précieux Sang versé avec tant de générosité … Il pourra prendre en pitié ses ministres et mettre un terme à ces moments inquiétants, et envoyer à l’Église un Prélat (2) qui restaurera l’esprit de ses prêtres.

« Mon Très Saint Fils et moi aimerons ce fils préféré avec un amour de prédilection, et nous le récompenserons avec une rare capacité, humilité de cœur, docilité à la Divine inspiration, la force de défendre les droits de l’Église, et une tendresse et une compassion du cœur, de sorte que, comme un autre Christ, il aidera les petits et les grands, sans mépriser les âmes les plus malheureuses qui le lui demanderont pour atteindre la lumière et recevoir des conseils pour faire face à leurs doutes et leurs difficultés. Entre ses mains, la balance du sanctuaire sera placée, de sorte que tout soit pesé avec une mesure raisonnable et Dieu sera glorifié. »

barr rose

Notre-Dame poursuivit :

« La tiédeur de l’ensemble des âmes consacrées à Dieu dans l’état sacerdotal et religieux va retarder la venue de ce Prélat et Père. Ce sera alors une des raisons pour le maudit diable de prendre possession de cette terre, où il réalisera ses victoires par le biais d’un peuple étranger et infidèle, si nombreux que, comme un nuage noir, il obscurcira le ciel pur de cette République consacrée au Sacré-Cœur de mon Divin Fils.

 

« Avec ces gens, tous les vices entreront et attireront à leur tour chaque type de châtiment, comme les épidémies, les famines, les combats internes et externes, des litiges avec d’autres nations, et de l’apostasie, la cause de la perdition de plusieurs âmes si chères à Jésus-Christ et à moi.

 

« Afin de dissiper ce nuage noir qui empêche l’Église de jouir de la journée claire de la liberté, il y aura une guerre redoutable et effroyable, qui verra le sang des compatriotes et des étrangers, de prêtres séculiers et réguliers, et des religieux.

barr rose

Cette nuit sera la plus horrible, car, humainement parlant,

le mal semblera triompher.

apocalypse

« Cela marquera donc l’arrivée de mon heure, quand, d’une façon merveilleuse, je détrônerai le fier et maudit Satan, je le piétinerai sous mes pieds et l’entraverai dans l’abîme infernal. Ainsi, l’Église et le pays seront enfin libres de sa cruelle tyrannie. »

  1. La cinquième raison pour laquelle la lampe fut éteinte est due au laxisme et la négligence de ceux qui possèdent une grande richesse, qui seront indifféremment rester là à regarder l’Église opprimée, la vertu persécutée, et le triomphe du diable, sans pieusement employer leurs richesses pour la destruction de ce mal et la restauration de la Foi. Et c’est aussi à cause de l’indifférence de la population qui a permis que le Nom de Dieu soit progressivement éteint et en adhérant à l’esprit du mal, se livrant librement aux vices et aux passions.

barr rose

« Hélas ! Ma fille choisie ! S’il t’était donné de vivre à cette époque ténébreuse, tu mourrais de chagrin de voir que tout ce que je t’ai révélé ici a eu lieu. Mais mon Très Saint Fils et moi avons un très grand amour pour cette terre, notre héritage, que nous désirons, même maintenant, l’application de vos sacrifices et vos prières afin de raccourcir la durée d’une telle terrible catastrophe ! »

 

Accablée par l’ampleur des maux qu’elle a vus et les âmes innombrables qui seraient condamnées pendant ces périodes, Mère Mariana tomba inconsciente. Les Sœurs la trouvèrent là, comme si elle était morte, malgré les violents battements de son cœur. Tous les efforts du médecin pour lui rendre la conscience s’avérèrent inutile. En fait, dit-il, humainement parlant, sa vie aurait dû se terminer à cause du choc qu’elle avait reçu.

Les Sœurs l’entouraient, suppliant le ciel de leur laisser leur grand trésor, la dernière des Mères Fondatrices, « le pilier de l’observance, la colonne de la maison. » Deux jours plus tard, Mère Mariana ouvra les yeux, et encouragea ses Sœurs à continuer à suivre la règle, et les consola en leurs disant qu’elle resterait encore avec elles pendant peu de temps.


Dernière Apparition de Notre-Dame du Bon Succès le 8 décembre 1634

Au cours des dix derniers mois de sa vie, Mère Mariana ne recouvra jamais complètement la vigueur de sa santé et fut souvent obligée de rester au lit. Dans la maladie ainsi que dans la santé, elle édifiait la Communauté avec son exemple. Au milieu de ses douleurs intenses, elle a toujours maintenu un sourire sur ses lèvres, une admirable sérénité et un esprit imperturbable, propre à une âme dont la vie se déroulait dans l’ombre de la croix.

Tard dans la nuit du 8 Décembre 1634, jour de la fête de l’Immaculée Conception, Notre-Dame est apparue pour la dernière fois à la Mère Mariana. Elle était de nouveau accompagnée par les Archanges Saint Michel, Saint Gabriel et Saint Raphaël. Après de nombreuses révélations, Notre-Dame conclut:

« Au 20e siècle, cette dévotion (à Notre-Dame du Bon Succès) sera source de prodiges dans les sphères spirituelles ainsi que dans les sphères temporelles, parce que c’est la Volonté de Dieu de réserver cette invocation et cette connaissance de votre vie pour ce siècle, lorsque la corruption des attitudes et des comportements sera presque générale et la précieuse lumière de la foi éteinte … »


Mère Mariana de Jésus Torres décéda d’une mort plus sainte à 15 H 00 le 16 Janvier 1635 – tout comme elle l’avait prédit.

Mariana de Jesús Paredes y Flores

De plus en plus au cours des quatre cents dernières années, les prophéties de Notre-Dame du Bon Succès ont été remplies. Les 19e et 20e siècles prouvèrent de manière étonnante l’exactitude des prophéties.

Le message de Notre-Dame et la dévotion à Notre-Dame du Bon Succès sont désormais d’autant plus important au 21e siècle. Comme nous le voyons dans le monde englouti dans l’erreur, l’hérésie et la sensualité, pour ne pas mentionner les vices de toutes sortes, l’appel de Notre-Dame à la prière, la réparation et la pénitence deviennent d’autant plus urgentes.

Comment pouvons-nous ne pas tenir compte du plaidoyer de Notre-Dame et travailler au quotidien pour consoler son Très Tendre et Immaculé Cœur et le Sacré-Cœur de son divin Fils?

Mère Mariana de Jésus Torres mesure la taille de l'apparition Mère

barr rose


http://laportelatine.org/apparitions/notre_dame_du_bon_succes_equateur_1594/notre_dame_du_bon_succes_equateur_1594.php

 

Publié dans Apparitions & Prophéties de Notre Dame du Bon Succès à Quito, Équateur | Tagué , ,