Sainte Agnès Vierge & Martyre († 304) est l’une de ces petites enfants martyres, qui sont les preuves vivantes que, pour des chrétiens, la fidélité aux promesses du baptême est plus importante que l’existence même*


SAINTE AGNÈS

fleur fuschia gif

La fête de ce jour 21 Janvier nous rappelle un des plus touchants et des plus beaux triomphes de la foi chrétienne ; elle nous montre une faible enfant sacrifiant, pour l’amour de Jésus-Christ, tout ce que le monde a de plus séduisant : noblesse, fortune, jeunesse, beauté, plaisirs, honneurs.

Sainte Agnès était si jolie…

Les lourds brodequins des légionnaires sonnent sur les dalles des rues. A la porte de la maison, des coups violents. Le jour se lève à peine sur Rome. « Ouvrez ! » Les soldats entrent, menaçants, glaive en main, prêts à frapper qui leur résisterait. Mais ceux qu’on vient arrêter ne résistent nullement. D’avance, ils ont accepté le sort qui les attend ; d’avance ils ont donné leur vie au Christ.

Ils ne le renieront pas. Emmenés devant un magistrat de l’Empire, ils lui tiendront tête sans trembler.

SAINTE AGNÈS ET GROS LION

On entendra à peu près ce dialogue :

— Es-tu chrétien ?

Oui, je le suis.

Acceptes-tu d’offrir un sacrifice aux dieux de Rome ?

— Je ne puis pas.

— Si tu refuses, tu mourras.

— Je refuse.

fleur fuschia gif


Ce dialogue, c’est par dizaines, par centaines qu’il s’est répété. Innombrables ont été les hommes, les femmes, les enfants, qui, en face des autorités impériales, ont proclamé fièrement leur foi dans le Christ Jésus et préféré mourir plutôt que de le trahir.

C’est sans doute le chapitre le plus admirable de toute l’histoire de l’Église que celui que composent ces « Passions », ces récits sublimes du sacrifice accepté, désiré, par des générations de chrétiens, et nos ancêtres au Moyen Age, dans les pages de la Légende dorée, ont particulièrement aimé à entendre celles où cet héroïsme était glorifié.

 

Les martyrs ne sont-ce pas les témoins du Christ ? —en grec, martyr veut dire témoin. Ne sont-ce pas les preuves vivantes que, pour des chrétiens, la fidélité aux promesses du baptême est plus importante que l’existence même ? De siècle en siècle on citera leurs noms, on répétera leur histoire, on les invoquera comme des intercesseurs auprès de Dieu.

 

Dans cette troupe glorieuse, ce n’est pas une des moindres causes d’admiration que de voir figurer de nombreux enfants. Aussi courageux que les grandes personnes, ils ont, comme leurs parents, fait preuve d’un héroïsme sans fissure en face des pires supplices. Et quels supplices !

barre brun

Car, aux martyrs chrétiens, les Romains païens ont réservé des tortures à peine croyables. Vous représentez-vous ce que devait éprouver un garçon ou une fille de treize ou quatorze ans, à se sentir attaché à un poteau, enduit de poix et de résine, quand approchait la torche du bourreau qui allait l’allumer vivant ? Ou quand, sur le sable d’un amphithéâtre, le jeune martyr regardait sortir des grilles brusquement ouvertes une troupe de lions, de léopards ou d’ours qui se dirigeaient vers lui, affreusement affamés ?

 

Que ces petits chrétiens, en dépit de l’horreur de cette situation, aient eu l’énergie de demeurer fidèles, voilà ce qui paraît éternellement admirable. Et sans aucun doute faut-il que le Christ lui-même ait, au moment de leur supplice, voulu leur donner de sa force, qu’il ait été invisiblement présent pour les aider, les assister…

fleur fuschia gif

Sainte Agnès est une de ces petites martyres enfants dont on aime à répéter la ravissante histoire. Elle avait treize ans. Elle était merveilleusement jolie, et plus même que jolie ; car la flamme douce de ses yeux, la perfection de son visage, l’élégance naturelle de son corps se complétaient d’un charme angélique, d’une transparence d’âme qui la rendaient unique parmi toutes ses compagnes. Son nom signifiait : « la très pure » et elle le méritait parfaitement.

Ste Agnes agneau

Ses parents, étant de bonne noblesse et fort riches, lui firent donner une éducation digne de son rang, et elle se fit remarquer, dès son plus jeune âge, par l’aisance avec laquelle elle comprenait et apprenait tout. Mais, bien plus que les connaissances qu’on trouve dans les livres, ce qu’elle voulait par-dessus tout acquérir, c’étaient les vertus qui font les saints.

 

Très souvent, elle s’absorbait, des heures durant, dans sa prière, elle demeurait plongée en une contemplation profonde, — ce qu’on nomme une extase, — où rien d’autre n’existait pour elle que son amour pour le Christ. Et, bien souvent, durant ces moments extraordinaires où sa jeune âme semblait quitter la terre et s’envoler droit au ciel, elle avait eu la certitude que Jésus lui-même était venu à elle, lui avait parlé, lui avait fait la promesse de l’accepter parmi ceux et celles qu’il s’est choisis, et que son amour répondait à l’amour qu’elle, la petite Agnès, lui avait si totalement donné.

fleur fuschia gif

Or, sur le chemin par où elle revenait de l’école, chaque jour, un adolescent la rencontrait. C’était un jeune païen, le fils du gouverneur de Rome, un beau garçon de dix-huit ou vingt ans, plein de force et d’ardeur. Agnès paraissait très au-dessus de son âge, et elle était si fière, si jolie, que le garçon en devint amoureux. Un jour donc, il se présenta à la demeure de ses parents et pria Agnès de l’accepter pour mari.

 

Moment difficile ! Répondre non au fils d’un si puissant personnage eût été bien dangereux. Dire qu’elle ne voulait pas épouser un païen, c’eût été se dénoncer soi-même comme chrétienne, c’est-à-dire se livrer aux bêtes fauves, elle et ses parents. Très habilement, elle répondit au garçon qu’il arrivait trop tard, qu’elle en aimait un autre, et qu’elle avait juré de n’épouser que celui-là. Fort déçu, il s’en alla.

SAINTE AGNÈS MARTYRE2

Mais bientôt il revint à la charge et vanta à Agnès toutes les magnifiques richesses qu’il mettait à sa disposition si elle acceptait de devenir sa femme : plusieurs palais, des terres immenses, des esclaves par milliers, des bijoux, des trésors. Mais elle, en souriant, répondait : « Celui que j’aime est encore bien plus riche ! Il possède la terre entière ; comme serviteurs il a tous les hommes qu’il lui plaît d’avoir ; ses palais se dresseront bientôt dans toutes les villes du monde ; et les trésors, les bijoux qu’il me donne sont si rares que nul ne peut les voler ! » Et le garçon fut encore plus surpris.

fleur fuschia gif

Mais il s’obstinait à vouloir Agnès pour femme. Et sa déception devenant fureur, un jour qu’il la rencontra dans un jardin désert, il se jeta sur la jeune fille comme une brute. Mais l’ange qui veillait très spécialement sur elle intervint, invisible, et du coup, le violent tomba sur le sol, raide mort. En le voyant ainsi inanimé, Agnès eut pitié de lui ; en bonne chrétienne, elle ne lui en voulait pas de sa conduite. Elle adressa au Christ une fervente prière, et à la minute même, le garçon se releva…

 fleur fuschia gif

Geste de pitié, de charité : hélas, on ne devait pas en tenir reconnaissance à la douce fillette chrétienne ! Le bruit courut bien vite que c’était par le nom du Christ qu’Agnès avait ressuscité son agresseur. Et le gouverneur ordonna de la faire arrêter.

SAINTE AGNÈS AVEC GROS LION

Un terrible lion qui l’accompagnait comme un gros chien.

 Quand on vint la saisir dans la maison paternelle, Agnès, comme bien souvent, priait, et à l’instant même où les gardes frappaient au seuil, elle crut entendre les portes du Paradis s’ouvrir, grandes, pour l’accueillir.

Et son courage en fut encore décuplé.

Elle suivit, sans faire la moindre résistance, les licteurs qui l’emmenèrent devant le magistrat chargé de juger les chrétiens.

Pourquoi n’est-elle pas enchaînée, selon la loi ? s’écria celui-ci avec colère.

fleur fuschia gif

 

 

Ce n’était pas nécessaire, répondit le centurion qui commandait les gardes.

Elle est venue sans aucune contrainte, et puis, elle est si jeune !

La loi est la loi, répliqua le magistrat. Mettez-lui les menottes ! Car je vois bien qu’elle est aussi retorse, aussi obstinée que tous les autres chrétiens !

Un soldat passa alors les menottes d’acier aux poignets de la petite fille. Mais elle sourit, secoua les mains, et les fers tombèrent d’eux-mêmes. Y avait-il besoin d’un interrogatoire ? Est-ce que tout cela ne prouvait pas qu’on avait affaire à une magicienne, à une de ces dangereuses chrétiennes dont on racontait que, par leurs sortilèges, elles pouvaient, à volonté, tuer des vivants et ressusciter des morts ! Eh bien, puisqu’on la nommait « la très pure», on verrait bien !

fleur fuschia gif

Et le magistrat ordonna de jeter Agnès dans une affreuse taverne, une sorte de brasserie mal famée où fréquentaient les esclaves, les soldats, les gladiateurs, où les hommes ivres ne parlaient que de choses affreuses, où la mauvaise conduite était générale.

sainte agnès agneau de Dieu

Mais, au moment où elle arrivait en ce triste lieu, que vit-on à côté d’elle ? Un lion ! Un terrible lion qui l’accompagnait comme un gros chien, la tête contre les mains de la fillette, mais relevant les babines et montrant ses crocs dès qu’un homme faisait mine de s’approcher d’elle…

Si bien qu’un vaste cercle se fit autour d’Agnès, à bonne distance, et qu’elle put, en toute tranquillité, reprendre ses prières et chanter à la gloire de Dieu.

 La colère du magistrat grandit encore. Ne viendrait-on pas à bout de cette sorcière ? Il fit dresser un bûcher énorme sur une des places de Rome, et convoqua une foule pour venir assister à ce beau spectacle : la petite chrétienne brûlant vive !

barre brun

Et des quantités de badauds accoururent et il y en eut qui s’entassèrent aux fenêtres des maisons voisines. Les bourreaux mirent le feu au bûcher.

Mais… nouveau miracle ! Au lieu de dévorer la martyre, les flammes se rabattirent violemment, à droite et à gauche, comme si un vent violent les avait poussées ; elles vinrent toucher les premiers rangs des assistants dont les habits commencèrent à grésiller et qui s’enfuirent en panique. Immobile et calme au milieu de ce tapage, Agnès récitait ses Ave Maria.

Il fallait en finir ! Et le magistrat ordonna qu’elle eût la tête tranchée. Évidemment, il eût été facile à la petite Sainte de demander au Christ un nouveau miracle, et le glaive du bourreau fût tombé de ses mains, ou bien le bourreau lui-même serait mort de saisissement. Mais elle avait désormais un seul désir : retrouver au ciel celui qu’elle aimait, Jésus, son seul mari.

fleur fuschia gif

Sans le moindre trouble, elle se dirigea vers le lieu choisi pour son supplice. Elle s’agenouilla, leva les yeux au ciel et fit à voix haute une dernière prière, puis elle inclina la tête, de ses propres mains releva sa longue chevelure qui retomba, par devant, jusqu’à terre, et tendit le cou au bourreau. « Fais ton devoir, bourreau ! Tu tardes trop ! » Cria le magistrat, furieux de ce calme, et l’on entendit la voix douce d’Agnès répéter : « Oui, bourreau, fais ton devoir ! Tu tardes trop ! » Quelques secondes après, sa blanche robe de petite fille était colorée de rouge sombre et l’Église comptait une martyre de plus.

SAINTE AGNÈS MARTYRE

barre brun

Magnifique histoire, pleine de foi et de poésie… Mais elle fut complétée par d’autres incidents extrêmement beaux eux aussi. Agnès avait une compagne, nommée Emerantienne, qu’elle aimait tendrement, mais qu’elle n’avait pas encore réussi à amener au baptême. Elle était bien, déjà, catéchumène, c’est-à-dire qu’elle étudiait la religion chrétienne, mais elle ne s’était pas encore décidée à demander l’Eau Sainte.

En apprenant la mort de son amie, Emerantienne se précipita au cimetière, un jour où il y avait beaucoup de monde ; elle s’écria qu’elle était elle aussi chrétienne et elle se mit à reprocher aux païens de commettre des crimes aussi affreux que de torturer une si pure enfant. Alors, la foule, irritée, se saisit d’elle, la jeta à terre et la lapida, c’est-à-dire l’abattit à coups de pierres. Une nouvelle martyre encore était née au ciel !

Admirez là la puissance de l’exemple ! Un écrivain chrétien de cette époque a dit cette phrase profonde : « le sang des martyrs fut la semence des chrétiens… » En mourant avec cet héroïsme tranquille, les martyrs exaltèrent la foi, le courage, le désir de sacrifice de leurs frères. Ils démontrèrent aux païens que nulle force au monde ne viendrait à bout de leur fermeté.

 Leur sang fut bien comme le grain qui, mit en terre, porte des moissons dix fois plus grandes : à mesure même que l’Empire romain multipliait les persécutions, le nombre des chrétiens augmentait et bientôt il deviendra si considérable qu’il ne sera plus possible de les tuer tous…

fleur fuschia gif

Sur le tombeau des martyrs, les fidèles vinrent prier, en les implorant pour qu’ils intercèdent en leur faveur auprès de Dieu Tout-Puissant. Un jour que les parents d’Agnès étaient à genoux devant la tombe de leur enfant, le ciel leur parut s’ouvrir ; une troupe magnifique de jeunes filles s’avança vers eux, vêtues d’habits si beaux qu’on n’en avait jamais vu de semblables sur la terre, et, parmi elles, Agnès se tenait, souriante, ayant à côté d’elle un petit agneau d’une blancheur merveilleuse,sans doute en souvenir de la célèbre phrase de l’Évangile où le Christ a dit : « Je suis l’Agneau de Dieu. »

agneau

fleur fuschia gif

Et c’est en mémoire de cette apparition que, le jour de la fête de sainte Agnès, encore aujourd’hui, le Pape bénit deux petits agneaux parfaitement blancs, qui, ensuite, sont conduits dans un couvent, où les religieux, avec leur laine, filent et tissent l’écharpe spéciale que portent les archevêques, le pallium.

pallium pretre

Une autre fois, Constance, une jeune princesse, qui souffrait gravement de la terrible maladie de la lèpre, vint supplier Agnès, sur son tombeau, de lui faire rendre la santé.

La petite martyre lui apparut et lui dit : « Cette maladie est le châtiment de ta mauvaise conduite. Quand tu ne commettras plus de péchés, quand tu seras redevenue pure comme je l’ai été, tu seras guérie… » Constance comprit la leçon : elle obéit et réforma ses actions. Devenue excellente chrétienne, elle ordonna de fonder une église qui fût consacrée à sainte Agnès, à l’emplacement même où, à Rome, on en voit une encore, très ancienne et fort belle, qui porte ce nom.

fleur fuschia gif

Au siècle suivant, à Milan, un très grand archevêque, saint Ambroise, un des plus savants penseurs de l’Église en ce temps, voulant apprendre à ses fidèles combien la pureté est chose belle, écrivit avec tendresse l’histoire merveilleuse d’Agnès, la petite martyre chrétienne ; et c’est d’après ce qu’il en a rapporté, qu’à mon tour, je vous l’ai racontée.

sainte agnès belle

fleur fuschia gif


https://www.maintenantunehistoire.fr/sainte-agnes-etait-si-jolie/
Auteur : Daniel-Rops | Ouvrage : Légende dorée de mes filleuls .

 

Publicités
Publié dans Sainte Agnès Vierge & Martyre († 304) | Tagué , , ,

SAINT FÉLIX,PRÊTRE DE NOLE, MARTYR… L’an 256 — Fêté le 14 janvier* Mais la même nuit, un ange de lumière parut dans cette prison…*


SAINT FÉLIX DE NOLE

Image pris sur https://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_de_Nole

barre mauve

«Toi qui ne refuses rien de ce qu’ils te demandent à ceux qui viennent à toi, qui ne souffres pas qu’aucun d’eux reprenne, le cœur triste, le chemin de son pays, c’est par toi que je fus sauvé, tu brisas mes fers.» 

Saint Grégoire, poème sur saint Félix

confession reconciliation

Les vertus de saint Félix ont paru si éclatantes, que de très célèbres et de très saints auteurs de l’antiquité ont pris un plaisir tout particulier à en faire l’éloge : saint Paulin, saint Damase, saint Augustin, saint Grégoire de Tours, le vénérable Bède et plusieurs autres en ont laissé à la postérité ce que nous en allons dire en substance.

Cet illustre confesseur de Jésus Christ naquit à Noie, petite ville située dans les environs de Naples; son père était Syrien de naissance, et se nommait Hermias. Il eut deux fils : notre Félix fut le cadet. Le père étant mort, les frères partageront l’héritage et embrassèrent des conditions différentes; l’aîné prit les armes, sous l’étendard de l’empereur de la terre; Félix, par une ambition plus généreuse, se mit au service de Jésus Christ, l’Empereur du ciel et le Roi des rois, et méprisant tous les biens de ce monde, il résolut de ne chercher que les vraies richesses qui sont celles de l’autre vie. 

Pour arriver plus aisément à ce bonheur, il distribua aux pauvres la plus grande partie de son Patrimoine et se consacra au service de l’Église, sous l’évêque de Nole, saint Maxime, qui le fit d’abord lecteur et exorciste. Les esprits de ténèbres, ne pouvant supporter l’éclat de sa sainteté, s’évanouissaient devant lui et quittaient les corps des possédés de sorte que l’évêque, reconnaissant la sainteté de son ministre dans l’exercice des ordres mineurs, l’éleva en peu de temps jusqu’à l’ordre de la prêtrise, où Félix a fait paraître une fidélité digne de son caractère, comme nous allons voir.

barre mauve

Une sanglante persécution s’éleva alors contre l’Église, que les tyrans idolâtres croyaient perdre par la rigueur des supplices et la nouveauté des tourments.1

Les commissaires de l’empereur étant venus en la ville de Nole, ils y cherchèrent d’abord, selon leur coutume, les chefs des chrétiens, afin que les pasteurs étant pris, les ouailles fussent plus aisément dispersées. Maxime, dont nous avons déjà parlé, gouvernait pour lors cette Église c’était un personnage de grande doctrine, d’une vie sans reproche et de mœurs innocentes, mais déjà vieux et cassé par les travaux; c’est pourquoi, voyant que la tempête allait tomber sur sa personne pour perdre ensuite son peuple, il se crut obligé de céder pour un temps à sa violence, et de pratiquer à la lettre cet avis du Sauveur : «Quand ils vous persécuteront en une ville, fuyez en une autre».

Dans cette résolution, il recommanda son troupeau à son prêtre Félix, et se retira sur une montagne à l’écart, pour y attendre le secours du ciel et implorer la miséricorde de Dieu pour ses ouailles.

Saint Felix of Nola

Cependant, les ministres des empereurs ne trouvant point l’évêque Maxime, s’attaquèrent à Félix qui était la seconde colonne de cette Église; ils le prirent et le chargèrent de fers, et ayant fait inutilement tous leurs efforts contre lui, tant par promesses que par menaces, ils le jetèrent dans un cachot dont l’aire était recouverte de têts de pots cassés, pour lui ravir, par ce moyen, tout le repos qu’il y eût pu prendre après toutes ses peines.

Mais la même nuit, un ange de lumière parut dans cette prison, comme autrefois en celle de saint Pierre, et, parlant à Félix, lui commanda de le suivre. Le prisonnier prit d’abord cela pour un songe mais il vit bientôt que c’était une réalité car, à la seconde parole do l’ange, les chaînes de son cou et de ses mains se brisèrent, l’entrave qu’il avait aux pieds tomba, et les portes de la prison s’ouvrirent pour lui donner passage, tandis que les autres captifs demeuraient enchaînés

barre mauve

Il suivit donc l’ange qui, allant devant, comme la colonne de feu qui précédait les enfants d’Israël au désert, le conduisit jusqu’à la montagne où le saint évêque s’était retiré; il l’y trouva couché par terre, transi de froid, exténué par la faim, et dans un tel état qu’il semblait plus mort que vif.

Saint Félix l’embrassa et le réchauffa le mieux qu’il put mais, reconnaissant que tous les efforts humains étaient inutiles, il eut recours à la prière; et alors par un effet de la Providence divine, notre saint prêtre apercevant une grappe de raisin attachée à un buisson, la prit, la pressa et en fit couler le jus en la bouche du saint qui recouvra peu à peu ses forces, commença à parler, et se plaignit amoureusement de ce que Félix avait tardé si longtemps à le venir soulager.

Après quelques entretiens qu’ils eurent ensemble, ils résolurent de retourner tous deux à la ville, pour y secourir et aider les fidèles; mais parce que le saint vieillard était si faible qu’il ne pouvait marcher, la charité, redoublant les forces de Félix, celui-ci le porta sur ses épaules jusqu’à la maison où une bonne veuve, qui y était demeurée seule, prit soin de sa personne, tandis que notre Saint, de son côté, se cacha en sa propre maison, jusqu’à ce que l’orage fût apaisé alors l’un et l’autre, l’évêque et le prêtre, parurent publiquement pour visiter et consoler les fidèles qui avaient besoin de leur assistance.

barre mauve

Mais ce calme dura bien peu, parce que les officiers de l’empereur, retournant en la ville et apprenant que Félix y était aussi de retour, appliquèrent tous leurs soins à le chercher, et le rencontrèrent enfin sur la place, où ils lui parlèrent sans le connaître, soit que son visage leur parût changé, ou que Dieu les eût aveuglés.

toile-d-araignee

Le Saint donc, voyant qu’on le cherchait, se retira promptement dans le coin d’une vieille masure là, par une admirable providence de Dieu, des araignées filèrent en un moment une toile si épaisse que les satellites le poursuivant ne s’imaginèrent pas qu’un homme y pût être caché : pour nous apprendre, dit saint Paulin, que quand Dieu est avec nous, les toiles d’araignées nous servent de fortes murailles, et que, quand il nous manque, les murs les plus épais ne servent pas plus à nous défendre pas plus que des toiles d’araignées.

Ainsi les persécuteurs s’en retournèrent le soir tout confus, et le Saint demeura chantant le verset du Psalmiste : «Quand je marcherais au milieu de l’ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal, parce que vous êtes avec moi». Puis il entra plus avant dans les ruines de ces vieilles maisons abattues, où il demeura six mois privé du commerce des hommes, mais consolé par la visite des anges et du Roi même des anges, lequel trouva moyen d’assister son serviteur en cette solitude.

saint michel

Une bonne femme, voisine de ces quartiers-là, par un mouvement de l’esprit de Dieu et sans savoir ce qu’elle faisait, portait chaque jour en un même endroit ce qu’il fallait pour la nourriture d’un homme. Saint Félix recevait cette provision comme venant de la main de Dieu, et d’ailleurs, trouvait chaque nuit l’eau dont il avait besoin pour tempérer sa soif.

Je ne saurais  m’empêcher d’admirer les merveilles que la divine Providence opère en faveur de ses Saints car elles ne sont pas moindres que celles dont il favorisa les Israélites au désert, et depuis encore, le prophète Élie dans sa fuite.

Six mois s’écouleront, comme nous avons dit, dans cette solitude, jusqu’à ce que la tempête ayant cessé par la mort du persécuteur (décembre 251), saint Félix parut en public et vint exhorter le peuple comme auparavant.

barre mauve

En ce même temps, l’évoque Maxime mourut de vieillesse, accablé sous le poids des souffrances qu’il avait supportées pour Jésus Christ en récompense de ses fidèles services, il reçut de lui la couronne de gloire, ainsi que l’Église le reconnaît au 15 janvier. Alors chacun jeta les yeux sur Félix pour le nommer évêque en la place du défunt mais son humilité lui fournit tant de raisons et d’excuses, qu’il fit tomber l’élection sur un ecclésiastique de sainte vie, appelé Quintus, qui avait été fait prêtre sept jours avant lui.

Outre cet exemple d’humilité, saint Félix ne se rendit pas moins recommandable par le mépris des biens du monde et par l’amour de la pauvreté évangélique car le peu qu’il avait de reste de son patrimoine lui ayant été confisqué durant la persécution, et chacun lui conseillant de le redemander au rétablissement de la paix, comme avaient fait beaucoup de chrétiens, cet amant de la croix fit une réponse digne de ce qu’il était : «À Dieu ne plaise que je rentre jamais en possession des biens que j’ai perdus pour Jésus Christ, ni que je désire les richesses de la terre, que j’ai laissées pour mieux posséder les trésors du ciel.»

jardin

De sorte qu’il s’entretint le reste de sa vie au moyen d’un petit jardin et de trois mesures de terre prises à louage, qu’il cultivait de ses propres mains, sans l’aide de personne il lui en restait même encore pour faire la part des pauvres. Son affection pour la sainte pauvreté ne paraissait pas moins dans ses vêtements que dans sa nourriture car il n’avait jamais qu’un seul habit et, quand on lui en présentait un neuf, il le donnait aussitôt à quelque autre qui en avait besoin.

barre mauve

Voilà quelle a été la vie de ce grand Saint. Elle se termina avec beaucoup de gloire le 14 janvier, vers l’an 256. Nous savons que quelques auteurs, pour particulariser davantage les circonstances de son heureux décès, ont dit qu’un jour de dimanche, après avoir célébré la sainte liturgie et donné la paix, selon la coutume, à tous les assistants, il se prosterna par terre, comme s’il eût voulu faire sa prière, et qu’en cet état il rendit sa bienheureuse âme mais parce que cela se trouve plus expressément en la vie d’un autre saint Félix, Romain, nous ne croyons pas qu’on doive s’y arrêter.

St Félix, prêtre et martyr

 

Entre une infinité de merveilles qu’il plut à notre Seigneur d’opérer pour manifester la gloire de ce grand Saint, l’une des principales est que, ceux qui se trouvaient accusés d’un crime dont ils se disaient innocents, étaient menés au tombeau de saint Félix, près de Nole, où ils se purgeaient par serment, parce que, s’ils juraient faux, ils étaient infailliblement punis par quelque châtiment exemplaire.

barre mauve


Tiré de : Les Petits Bollandistes; Vies des saints tome 1 (pages 330-333)
1 Il s’agit ici de la persécution de Dèce en 250.

 

Publié dans SAINT FÉLIX,PRÊTRE DE NOLE, MARTYR | Tagué , , ,

Vidéo (28:30)*Miséricorde et Adoration 2* Par le Père Jean-Louis Barré…Ça fait du bien à l’âme de l’entendre!


♥ Miséricorde et ♥Adoration 2

barre-rose-et-coeur-rougeGIF


 

Publié dans Miséricorde et Adoration | Tagué

*Qui est Maria Esperanza mystique?Marie Mère Réconciliatrice de toutes les nations…Lui apparaît à Betania (Vénézuela)*


MARIE A BÉTANIA VÉNÉZUELA-MARIA ESPÉRANZA

roses rouge 3

Marie est la Mère Réconciliatrice de tous les peuples...Elle est apparue pour la première fois le 25 mars 1976 à Maria Esperanza Medrano de Bianchini, épouse et mère de famille que Dieu a comblée de charismes spéciaux.

La Sainte Vierge a choisi le Venezuela pour donner un message de réconciliation, d’amour et d’unité fraternelle, se présentant comme Mère Réconciliatrice de toutes les nations.

Une enfant proche des Cieux. Maria Esperanza est née dans la ville de Barrancas del Orinoco, au bord de l’Orénoque, dans le nord-est du Venezuela, le 22 novembre 1928. Sa mère, ayant déjà trois garçons, avait beaucoup prié la Sainte Vierge pour avoir une fille.

 

Dès son plus jeune âge, elle a des révélations privées de Jésus, de la Vierge et de plusieurs saints. Très spirituelle, elle souffre de nombreuses maladies, lesquelles guérissent peu à peu d’une manière inexplicable, voire miraculeuse. À l’adolescence, Maria Esperanza commence à manifester des charismes spéciaux comme, par exemple, le don de la lecture des âmes. Ainsi, de plus en plus de personnes se présentent à elle. D’autre part, elle étudie, travaille et sert le Seigneur en faisant des œuvres de miséricorde avec son groupe de prière. Son amour pour Dieu est si grand que naît en elle le désir de devenir religieuse.  

BARRE ROSE page-divider-rose-chain

Une courte expérience au couvent. À 26 ans, la Servante de Dieu entre au couvent franciscain de Mérida, mais un mois plus tard, dans la chapelle, elle a une vision de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. La religieuse française, morte en 1897, avait été proclamée patronne des Missions un an avant la naissance de Maria.

La sainte lui lance une rose ; mais quand Maria court pour l’attraper, elle sent une piqûre à sa main d’où coule un filet de sang. C’est alors qu’elle entend le Sacré-Cœur de Jésus lui dire qu’elle n’est pas à sa place ; sa place est dans le monde en contact avec tous, et sa mission est d’être une épouse et une mère.

sainte thérese lisieux

Il lui dit aussi qu’elle sera sanctifiée dans ces rôles, avec ses six roses et un bouton (six filles et un garçon), et qu’elle doit se rendre immédiatement à Rome. Maria Esperanza obéit et part pour Rome, où, selon les prophéties qu’elle avait reçues de saint Jean Bosco, elle rencontre son mari qu’elle reconnaît par l’épée qu’il porte à la main (il est membre de la Garde du président de la République italienne).

À la recherche d’une terre spéciale. Le 1er novembre 1955, elle rencontre donc à Rome M. Geo Bianchini, devant l’église du Sacré-Cœur de Jésus, près de la gare Termini. Geo et Maria se marient peu de temps après, le 8 décembre 1956, dans la basilique de San Pedro à Rome. Entre les années 1938 et 1974, Maria a des révélations répétitives lui annonçant qu’un jour elle trouverait une terre qui serait une bénédiction pour le Venezuela et le monde entier, et qui deviendrait un centre de renouveau spirituel et de guérison, dirigé par la Vierge Marie.

Ces révélations prédisent la grande mission que Maria Esperanza aura dans le futur. Après avoir cherché pendant des années et dans tout le Venezuela cette terre, en 1974, les époux Bianchini sont invités à visiter une ferme à Betania, dans l’État de Miranda, à 50 km au sud de la capitale Caracas.

Ils reconnaissent alors les signes donnés par la Vierge Marie : une vieille maison, une rivière et une grotte. Ils réalisent vite qu’il s’agit de la terre tant attendue et décident de l’acheter avec la participation de deux partenaires : la famille Andreu et la famille Castellanos.


MARIA ESPÉRANZA EXTASE stigmata282

roses rouge 3

(………) C’est ainsi que le 25 mars 1976, jour de l’Annonciation, Maria Esperanza, en compagnie de 80 amis de son groupe de prière, reçoit la première visite de Marie à Betania. Cette apparition se déroule en privé, Maria étant la seule à voir la Vierge. Pendant ce temps, les autres membres du groupe assistent à certains phénomènes, tels que des mouvements du soleil et sentent une odeur des roses.

La voyante racontera plus tard dans des interviews que lors de cette expérience, elle a vu à l’intérieur d’une grotte, dans la forêt, toute vêtue de blanc, une jeune fille de 14 ou 16 ans, gracieuse et lumineuse. La Vierge Marie en ce jour glorieux lui a donné le message suivant : « Ma fille, je suis venue vers vous les mains pleines de grâces, pour appeler tous mes enfants à la conversion ; c’est la semence de la gloire que je vous offre comme Marie Réconciliatrice de tous les peuples et de toutes les nations, car je viens vous réconcilier tous ! La réconciliation est l’héritage de la divine fraternité de mon divin Fils ! Ma fille, apporte mon message à tout le monde ! Je vous garderai dans mon Cœur dès aujourd’hui et pour toujours ! »

BARRE ROSE page-divider-rose-chain

Pour le Venezuela, qui a subi une guérilla communiste (les Forces armées de libération nationale dans les années 1960), comme d’autres pays d’Amérique latine avant et après lui, le mot de réconciliation n’est pas anodin ; sa connotation n’est pas seulement spirituelle.    

Un message de paix pour les nations. Maria Esperanza voit de nouveau l’apparition au cours de cette année et durant les deux années suivantes. Pour la fête de l’Annonciation en 1978, la Vierge lui dit : « Ma fille, ce n’est pas un rêve ; ma présence parmi vous est une réalité. Obéis et reste fidèle à cette Mère afin que tu puisses jouir pour toute l’éternité ! Acceptez la tâche ardue de transmettre mon message d’amour et de réconciliation à tous les peuples et nations. Tu souffriras, mais quelle joie et quel bonheur de voir que tu as été fidèle à ta Mère. » Ce message est une confirmation de la mission que la Sainte Vierge lui confie en tant qu’ambassadrice de la réconciliation et en tant qu’âme victime pour la réparation des péchés des autres.  

MARIA ESPÉRANZA stigmata1 270


La Vierge apparaît à tous.
Le 27 novembre 1978, la Sainte Vierge annonce à sa servante : « … en 1984, le grand événement de ma présence là-bas… tout le monde me verra, ce grand jour arrivera bientôt. » En effet, telle que la Vierge l’a annoncé, elle apparaît de nouveau le 25 mars 1984 dans l’après-midi, mais cette fois elle est vue par les quelque 150 personnes présentes.

roses rouge 3

Ceux qui ont le privilège d’assister à cette apparition disent avoir vu Notre-Dame sept fois en l’espace d’environ trois heures. Les observateurs la décriront plus tard avec une robe blanche et une ceinture bleue (comme lors d’autres apparitions), les bras écartés en guise de salutations ou de bienvenue, avec des rayons lumineux qui s’échappent de ses mains, un voile qui permet de voir ses cheveux, et elle porte ce qui ressemble à une Médaille Miraculeuse.

À cette occasion, la Mère de Dieu communique avec Maria Esperanza : « Mes enfants, je suis Marie, Vierge et Mère Réconciliatrice des Peuples, je viens avec mon Fils dans mes bras pour vous réconcilier. Ô, sublime espoir, le vôtre ! Priez le chapelet ! Mes enfants, vous m’avez vue et sentie, ressentant qu’en réalité, je vis parmi vous ! […] »


SANCTUAIRE BÉTANIA-MARIA ESPÉRANZA-betaniaajustada.520.360

Sanctuaire de Bétania au Vénézuela

BARRE ROSE page-divider-rose-chain
La reconnaissance des apparitions.

(……)  L’Église déclara officiellement le 21 novembre 1987 que la Vierge Marie a effectivement visité Betania : « Par conséquent, après avoir étudié avec zèle les apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie à Finca Betania, et après avoir demandé assidûment au Seigneur le discernement spirituel, je déclare qu’à mon avis ces apparitions sont authentiques et ont un caractère surnaturel. J’approuve donc officiellement que le lieu où elles se sont déroulées soit considéré comme sacré et qu’il soit destiné à être un lieu de pèlerinage, de prière, de réflexion et de culte dans lequel des actes liturgiques peuvent être accomplis, en particulier célébrer la messe et administrer les sacrements de réconciliation et l’Eucharistie ; toujours selon les lois de l’Église et les normes du diocèse pour la pastorale de Conjunto. » Betania est devenu le quatrième lieu d’apparitions approuvé par l’Église catholique au XXe siècle.  


roses rouge 3

La naissance d’un pèlerinage de renommée mondiale.

De nombreux curieux, dévots, malades ou personnes dans le besoin commencent à arriver à la ferme. Au cours des années suivantes, alors que le nombre des pèlerins augmente, les visiteurs de Betania soutiennent voir des apparitions de la Vierge et assister à d’autres phénomènes curieux : grande luminosité, écoute de chansons d’une chorale  invisible, parfum qui émane des eaux de la cascade, etc.

L’évêque Pío Bello s’exprime ainsi : « Les apparitions généralement ont continué les samedis, dimanches et jours de fêtes mariales. Elles ont été particulièrement fréquentes durant les années 1984 et 1985, plus espacées entre 1986 et 1987. » Mgr Pío Bello estime qu’entre mille et deux mille personnes ont vu la Vierge à Betania et décrit des phénomènes merveilleux. Le 28 août 1989, sur demande de la Vierge, Maria Esperanza, a fait don à l’église de quatre hectares de terrain correspondant à ce qui est aujourd’hui connu comme le sanctuaire de Betania.  


maria esperanza message-de-marie

 Des messages pour nous tous.

Dans la lettre pastorale de Monseigneur Bello, il est rapporté que la Vierge Marie a fait plusieurs demandes à ses enfants :


Renouveler sa foi : une urgence dans un monde où tant de gens nient Dieu et rejettent le surnaturel ;
Approfondir sa foi : par la lecture et la réflexion de la Parole de Dieu dans les Saintes Écritures ;
La conversion : avec la recherche d’une vie chrétienne complète ;
L’engagement apostolique : en conséquence de cette foi renouvelée, approfondie et vécue ;
L’appel à la prière : pour l’Église, les prêtres, les vocations, la conversion des pécheurs, la paix dans le monde et les risques imminents qui menacent l’humanité ;
Avoir souvent recours aux sacrements : spécialement à ceux de la Réconciliation et de l’Eucharistie ;
La solidarité : un appel à la charité, en particulier envers les plus démunis, les marginalisés, les malades.  


priere Guérisons et miracles.

L’évêque a noté qu’à Betania, « Les gens qui n’ont jamais prié auparavant s’habituent peu à peu à prier le chapelet. Ceux qui n’allaient pas à l’église le font maintenant régulièrement, se confessent et communient. Il y a eu des conversions notables. »

Les guérisons de beaucoup de malades à Betania ont aussi été un signe particulièrement convaincant de la présence de la Vierge dans le lieu. On peut souligner celle du Dr Vinicio Arrieta, un éminent médecin de Maracaibo (Venezuela), diplômé de Harvard, qui était atteint d’un cancer de la prostate avec des métastases dans la colonne vertébrale. En 1989, il a visité Betania et y est resté pendant une nuit de veille.

Maria Esperanza à cette occasion lui a dit : « Vous êtes un homme bon qui a sauvé de nombreuses vies, vos cellules se renouvellent. Vous ne devez pas quitter [Betania], car notre Sainte Mère vous aidera plus encore. » Quelques jours plus tard, le Dr Arrieta est allé voir son médecin qui lui a confirmé sa rémission complète. Il devint alors un grand allié de la Sainte Vierge et, d’après ses recherches, plus de mille guérisons physiques ont eu lieu à Betania.

Le Père René Laurentin, dans son livre, souligne d’autres grandes guérisons : « La disparition d’un cancer du rein avancé, la guérison immédiate d’ulcères duodénaux, la disparition d’un fibrome de l’ovaire, sans l’opération considérée comme indispensable, la guérison inattendue d’une mycose vaginale qui avait résisté à tous les traitements. »  


maria_esperanza_38_01

Les derniers jours de Maria Esperanza.

Après une maladie qui a progressivement dégradé sa santé, avec des symptômes similaires à la maladie de Parkinson, le Seigneur a rappelé Maria Esperanza Medrano de Bianchini le 7 août 2004 à Long Beach Island (New Jersey), aux États-Unis. Entourée de son mari et de ses sept enfants, elle avait 76 ans. Le 31 janvier 2010, la cause de béatification et de canonisation de la Servante de Dieu a été ouverte par Mgr Paul Bootkoski, évêque du diocèse de Metuchen, New Jersey. La Fondation Betania continue le travail apostolique de la Servante de Dieu.  

À Betania, la présence de la Vierge, Réconciliatrice de tous les peuples et de toutes les nations, est une source de réconfort et de guérison pour des milliers de personnes, en particulier pour les paysans qui vivent dans les villages voisins. Ici, on peut voir comment la Sainte Vierge intercède pour tous ses enfants égarés.


fleur-blanche

Maria Esperanza parle de Betania.

Maria Esperanza a expliqué que Betania est un lieu où la Vierge Marie est en train de former une grande famille chrétienne qui constituera une force unie pour opérer, au niveau le plus important, un renouveau spirituel. Ce lieu prépare une grande « armée d’amour » qui mènera à une société renouvelée.

Maria Esperanza a commencé un travail remarquable pour faire connaître le message de la Vierge de Betania, au Venezuela et dans le monde, par son travail de missionnaire fondé sur la réconciliation, la cohésion familiale, la pratique fréquente des sacrements, la prière, la méditation, la pénitence, l’Eucharistie, l’adoration du Saint-Sacrement, la formation de la jeunesse et la récitation du saint chapelet.

Elle souligne l’importance du service aux autres, « servir et ne pas être servi », et l’humilité comme une vertu pour atteindre le Ciel : « L’humilité est le pont de cristal qui nous mène au Ciel. » L’origine de ce renouveau est une guérison spirituelle profonde qui transforme les gens en Jésus-Christ, avec un accent particulier sur la famille.

Betania est une source de grâces et de guérisons distribuées par les mains de la Sainte Vierge, et ces grâces ont une telle portée que la  Servante de Dieu a dit : « Pensez à Betania et vous sentirez la présence très forte de notre Mère. »

maria esperanza mission1

En outre, Maria Esperanza avait prédit que Betania serait une communauté modèle qui reflèterait d’une manière exemplaire les vertus de l’unité et de la réconciliation, qu’allait imiter la communauté apostolique de Jérusalem, véritable paradigme de coexistence fraternelle. Elle avait vu Betania devenir une communauté apostolique vibrante qui répandra la doctrine de l’amour de Jésus au-delà des frontières du Venezuela :

BARRE ROSE page-divider-rose-chain

« J’espère que Betania sera un exemple vivant, pour ces enfants qui attendent un avenir meilleur, un matin promis, un lendemain où il n’y aura plus de discorde entre les hommes ni de mauvaise volonté entre frères, ni d’envie, de jalousie, d’égoïsme, de murmure, et d’arrogance. Tout cela doit disparaître dans le monde pour vraiment reconnaître ce que les commandements de la Loi de Dieu signifiaient et continuent de signifier pour nous. « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », nous a dit Jésus. »

La Servante de Dieu s’est battue pour répondre à la demande de la Vierge de porter son message de réconciliation au monde : « Lorsqu’on vous demande quels messages vous ont été donnés, vous répondrez textuellement : Notre Mère est venue comme Marie, Vierge et Mère Réconciliatrice de toutes les nations et son message est de s’engager dans un meilleur service à l’Église catholique et ce service nous devons le faire en nous réconciliant de plus en plus tous les chrétiens, puisque la réconciliation encourage les droits de l’homme, la justice sociale, le renouveau et les charismes.

BARRE ROSE page-divider-rose-chain

En outre, la réconciliation implique la vérité, l’amour, la réparation et la liberté de conscience de vivre conformément à la doctrine que nous a léguée Notre-Seigneur Jésus-Christ. »  


À propos de la déclaration officielle de l’évêque sur l’authenticité des apparitions.

La longueur du texte de la lettre pastorale de l’évêque, Mgr Pío Bello Ricardo, est rare dans l’histoire des apparitions mariales. Mgr Bello a proclamé que « ces apparitions sont authentiques et ont un caractère surnaturel » et, ce faisant, a dépassé ce que la plupart des évêques diocésains affirment dans le contenu d’une telle déclaration.

BARRE ROSE page-divider-rose-chain


Sites Internet :
www.mariaesperanza.org
https://www.notrehistoireavecmarie.com/fr/esc/a-betania-marie-est-la-mere-reconciliatrice-de-tous-les-peuples/

 

 

Publié dans Qui est Maria Esperanza, mystique catholique? | Tagué

Prière*JE ME TIENS À LA PORTE ET JE FRAPPE…par Soeur Joanne-Marie mcj.


JE ME TIENS À LA PORTE ET JE FRAPPE

priere eucharistique coeur jesus

barre or2

Ô Pasteur plein de tendresse, l’amour de vos enfants vous a donc tellement pressé que, insatisfait d’être mort une fois immolé l’autel du Calvaire, vous avez voulu encore au moyen de ce divin Sacrement vous tenir caché sur les autels de vos églises, afin d’être plus près de nous et de pouvoir ainsi frapper toujours à la porte de nos cœurs et d’en obtenir l’entrée !

Ô ! Si je savais savourer votre compagnie comme en jouissait votre sainte Épouse, qui vous disait dans les Cantiques : Me voici assise à l’ombre de Celui qui faisait l’objet de mes désirs. Si je vous aimais, au très aimable Jésus-Hostie, je vous aimais véritablement, moi aussi, je souhaiterais de rester sans interruption, le jour, la nuit, auprès de Vous ; et là, toute proche de vous et immobile en présence de votre Majesté voilée sous l’ombre apparente des espèces sacrées, moi aussi, je goûterais les Célestes délices et ce bonheur ineffable que goûtent les âmes éprises d’amour pour vous !

messe Hostensoir-Anges-002-w

De grâce attirez-moi par l’odeur de vos idéaux et de l’amour immense que vous manifestez dans ce Sacrement. Oui, faites-le mon Sauveur et j’abandonnerai tous les plaisirs de la terre, pour courir au Sacrement qui renferme votre divine Personne.

Je vous adore. Roi de mon cœur et véritablement Amant de mon âme, Pasteur, trop plein de tendresse pour vos enfants ! Je m’approche aujourd’hui de ce trône de votre amour, et, n’ayant pas d’autres choses à vous offrir, je vous présente mon misérable cœur, afin qu’il soit consacré tout entier à votre amour et à votre plaisir.

Avec ce pauvre cœur, je peux vous aimez ; avec ce cœur, je veux vous aimer de tout mon pouvoir, de toute ma capacité. Attirez-le donc à vous, attachez-le aussi complètement à votre volonté, que dorénavant je puisse m’appliquer avec joie les paroles de votre cher disciple, qui se disait lié des chaines de votre amour : moi Paul captif du Christ de Jésus.

BARRE FLEUR

Unissez-moi toute à vous, Seigneur, et faites que je m’oublie moi-même, afin que je parvienne un jour à perdre heureusement toutes choses, et à me perdre moi-même, pour vous trouver, vous seul, en vous aimant sans fin.

Je vous aime, Ô Dieu fait Sacrement pour l’amour de moi ! Je m’attache à vous, je m’unis à vous ; faites que je vous trouve, faites que je vous aime, et ne vous séparez jamais plus de moi.  Amen.

barre or2

Dans le Cœur de Jésus !

JE ME TIENS À LA PORTE ET JE FRAPPE

Publié dans Articles Soeur Joanne-Marie mcj | Tagué

Pourquoi est-il si difficile d’accepter la vérité ? Les hommes peuvent en venir à haïr la vérité qui s’oppose souvent à leur volonté!!


JUDAS judas-kisses-jesus-4-ari-mchenry-and-jabari-mchenry
La vérité dévoile nos limites, nos mensonges et notre ignorance, et cela peut constituer une épreuve d’autant plus redoutable qu’on est éloigné de cette vérité et que le contexte n’est pas amical ou bienveillant.
 
Le dévoilement de nos limites, de nos mensonges ou de notre ignorance provoqué par la confrontation avec la vérité est forcément perturbant. Plus nous sommes loin de la vérité, plus cela risque de provoquer une perte de crédibilité ou de légitimité avec des conséquences sociales potentiellement importantes pour notre position, notre réputation ou nos acquis ; on peut avoir peur du risque d’une humiliation et c’est ainsi que la vérité peut en arriver à être perçue subjectivement comme un mal.

 

barre verte

La vérité oblige parfois à des remises en cause…

Qui sont douloureuses pour l’ego.

pretre abus-dans-l-eacuteglise-thumb13932098

Lorsque l’ignorance, les erreurs ou les mensonges sont mis à nu, cela peut conduire à la perte de ce qui semble être sa légitimité à posséder divers biens et avantages, une position, des responsabilités, un pouvoir… ainsi que l’image de soi valorisante qui en découle. Or, croire perdre une telle légitimité c’est craindre de perdre tout ce que l’on possède par elle. Ce qui apparaît souvent difficilement acceptable !

La mise à nue de son ignorance, de ses erreurs ou de ses mensonges conduit, par le fait même, à la manifestation d’un manque ou d’une déficience en soi aux yeux des autres. L’ignorance comme l’erreur touchent une dimension essentielle de soi-même et de sa valeur propre, à savoir l’intelligence.

Dès lors, la manifestation d’un tel défaut d’intelligence peut être perçue comme le dévoilement d’une vulnérabilité, ce qui est potentiellement dangereux : car les autres pourraient en abuser à nos dépens, semble-t-il.

barre verte

De telles menaces peuvent engendrer une peur difficile à supporter 

AGNEAU LOUP

Cette peur n’est pas superficielle, car ce qui touche notre intelligence, touche notre personne. Il faut remarquer que nos limites intrinsèques apparaissent d’autant plus comme des faiblesses à dissimuler que le contexte relationnel est dominé par les rapports de force et les jeux de pouvoir. L’intelligence en jeu dans ces relations apparaît comme un moyen de pouvoir, et le pouvoir, en lui-même, ne peut s’affirmer que contre un autre pouvoir.

La vision qu’on a du monde peut s’en trouver marquée : si l’homme est un loup pour l’homme, un rival, alors la nature, les religions, les institutions, Dieu, tout ce qui est autre que soi ou extérieur à soi sont des menaces potentielles, des rivaux potentiels.

Dans un contexte de compétition, nos limites peuvent apparaître inavouables

Nos limites sont des lieux de vulnérabilité et elles représentent une menace potentielle à vaincre … ou à nier ! Elles peuvent être perçues comme un mal personnel et identitaire inacceptable. En outre, refuser l’humiliation qu’il y a à se savoir et se déclarer déficient est de nature à engendrer l’orgueil, l’orgueil par quoi l’illusion mensongère d’un soi tout puissant est préférable à la vérité sur ses limites et sa finitude et la dépendance qui s’en suit à l’égard des autres.

barre verte

« Pourquoi la vérité engendre-t-elle la haine » ? se demandait saint Augustin.

Il expliquait aussi que la vérité est un bien tellement précieux que quoi que les hommes aiment, ils veulent que ce soit la vérité. Cela ne signifie pas nécessairement qu’ils acceptent de se convertir à une vérité extérieure, à laquelle leur volonté devrait adhérer ou qu’ils acceptent d’être convaincus d’erreur. Mais tout ce que les hommes veulent, ils veulent le tenir pour vrai. Alors « ils aiment la lumière quand elle luit, mais ils la haïssent quand elle les confond ».

ST AUGUSTIN-Sandro_Botticelli_-_Saint_Augustin_1

« La vérité est tellement aimée que quoi que les hommes aiment, ils veulent que ce soit la vérité »(Saint Augustin)

barre verte

« Mais pourquoi « la vérité engendre-t-elle la haine » ? Pourquoi les hommes regardent-ils comme un ennemi celui qui la prêche en votre nom, alors qu’on aime le bonheur qui n’est pas autre chose que la joie née de la vérité ? Pour cette simple raison que la vérité est tellement aimée que, quoi qu’ils aiment, ils veulent que ce soit la vérité ; et, ne voulant pas être trompés, ils ne veulent pas non plus être convaincus d’erreur. Ainsi ils détestent la vérité par amour de ce qu’ils prennent pour la vérité. » (Les Confessions, Livre X, Ch. 23).  

« Ils aiment la lumière quand elle luit, ils la haïssent quand elle les confond »

« Et, comme ils n’acceptent pas d’être trompés, tout en voulant tromper eux-mêmes, ils l’aiment quand elle s’annonce, ils la détestent quand elle les dénonce.

Et voici leur châtiment :

AMOUR emotionallastpic-

Ils ne veulent pas être découverts par elle, elle ne les en découvre pas moins et ne se découvre pas à eux. C’est ainsi, ainsi, oui, ainsi qu’est fait le cœur de l’homme ! Aveugle et lâche, déshonnête et laid, il veut demeurer caché, mais il ne consent pas que rien lui demeure caché. Il en est puni : il ne se dérobe pas à la vérité, tandis que la vérité se dérobe à lui. Cependant, si misérable qu’il soit, il préfère goûter la joie dans la vérité que dans l’erreur. Il sera donc heureux, lorsque, libre de toute inquiétude, il jouira de l’unique Vérité, principe de tout ce qui est vrai. » (Les Confessions, Livre X, Ch. 23).

barre verte

Dans cet extrait fameux des Confessions, Saint Augustin évoque aussi la possibilité que la vérité puisse engendrer la haine

Un aspect du problème y est mis en lumière qui le n’était pas dans le texte de Platon : Saint Augustin commence par soulever le paradoxe suivant : « Pourquoi les hommes regardent-ils comme un ennemi celui qui prêche [au nom du Christ], alors qu’on aime le bonheur qui n’est autre que la joie née de la vérité ? » Et il répond : «Pour cette simple raison que la vérité est tellement aimée, que quoiqu’ils aiment, ils veulent que ce soit la vérité ». En effet, la vérité est naturelle à l’intelligence, nous ne pouvons pas faire autrement que de tendre vers elle. Elle est le bien nécessaire de l’intelligence.

barre verte

Les hommes peuvent en venir à haïr la vérité…

Qui s’oppose souvent à leur volonté.

ego-300x214

Tout ce que les hommes veulent, par caprice, par orgueil ou raisonnablement, ils veulent que cela ait raison de vérité. De par leur intelligence, ils le veulent comme vrai. Que cela le soit effectivement ou non ! Ainsi le diable veut avoir raison et être dans la vérité fusse contre celui qui est la Vérité.

Ainsi, pour St Augustin, cet amour naturel de la vérité fait que les hommes « aveugles, lâches, déshonnêtes et laids » « aiment la lumière quand elle luit, ils la haïssent quand elle les confond ».  La raison de cette haine est que la vérité réelle et objective n’est pas la mesure de leur volonté. La volonté propre de chacun veut être à elle seule sa propre mesure. C’est ce qu’on appelle l’orgueil.

Les disciples de Socrate semblent pourtant témoigner d’une autre perspective, qui est celle de la conversion à la vérité, dans laquelle la reconnaissance de son ignorance n’induit pas la peur ou une blessure pour l’orgueil. Tout au contraire, elle est perçue comme un bienfait et une libération, le commencement d’un chemin de sagesse.

Subir l’épreuve de sa propre ignorance ou de ses propres manquements par la révélation de la vérité n’est pas facile humainement. L’épreuve est moins grande si on accepte de l’accueillir humblement, dans un contexte amical et bienveillant qui nous dispose à rechercher la sagesse et le bonheur.

Il faut bien admettre que subir le questionnement socratique n’est pas humainement une partie de plaisir.

Le dévoilement de sa propre ignorance, de sa déficience identitaire et de ses mensonges ou de ses compromis avec la vérité constitue bien une réelle épreuve pour chacun. Socrate appuie là où ça fait mal ! Il appuie sur ce qui peut être l’occasion d’une peur profonde. Il appuie sur l’incomplétude et l’imperfection humaine et personnelle.

ange-demon

Il faut choisir entre l’orgueil et l’humilité et l’attitude de l’entourage rend le choix plus ou moins difficile…

barre verte

L’épreuve ne consiste pas tant alors à choisir entre courage ou lâcheté face à une telle peur, à vouloir regarder la menace en face ou à vouloir la nier, mais plutôt à choisir entre deux attitudes :
– Une attitude commandée par le pouvoir et la force … et aussi par l’orgueil : attitude qui sera à l’origine de la peur.
– Ou bien une attitude portée par une bienveillance amicale, qui n’a rien à craindre de l’autre, une attitude bienveillante et humble qui est la disposition irremplaçable à une ouverture maximale de l’intelligence à la vérité et au bonheur qu’elle engendre.

barre verte


https://questions.aleteia.org/articles/129/pourquoi-est-il-si-difficile-daccepter-la-verite/?utm_source=Une+minute+avec+Marie+%2528fr%2529&utm_campaign=274dd2f8a4-UMM-QM_17-47&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-274dd2f8a4-105909389

 

Publié dans RÉFLEXIONS DIVERSES, VÉRITÉS OU MENSONGES ? | Tagué

Bénédiction Urbi & Orbi 2017 du ♥Pape François & Message de Noël ♥


barrseparador33

Pape François Message de Noël et Bénédiction Urbi & Orbi 2017-12-25

Cette Bénédiction Urbi & Orbi a la même puissance

lorsqu’elle est reçue via Internet sur tous les Réseaux Sociaux… 

Définition : Bénédiction urbi et orbi – Église catholique en France

barrseparador33

LA BÉNÉDICTION EST À 18:14 minute

barre or noel


 

Publié dans Pape François | Tagué