Vidéos (3) (35 min-total) *LA CONFESSION-ou-SACREMENT DU PARDON & de la RÉCONCILIATION **Le PARDON DE DIEU EST SOURCE DE VIE**N’AYEZ PAS PEUR !!!…Par le Père Jean-Louis Barré !!!

La confession, le renouveau partie 1

Le sacrement de la Réconciliation, partant de la confession de votre foi.

Avec le Père Jean-Louis Barré. Partie 1-Durée:13 min:04

Cliquez sur la photo ici-bas

vidéo 1


La confession, le renouveau, partie 2

L’organisme Baptismal rétabli par l’absolution.Durée:11 min:55

Cliquez sur la photo ici-bas

vidéo 2


Confession, le renouveau Partie 3

Le cadeau du sacrement de la réconciliation,

…Durée:12 min:21

Cliquez sur la photo ici-bas

vidéo 3


Publié dans La Confession-ou-Sacrement du Pardon & de la Réconcilitaion, Non classé

*Prière pour la France..de Marcel Van (Apôtre de l’Amour)…*dicté par Jésus-Vidéo-Chant (1 min:11)*D’une très grande beauté*

Prière Pour la France

de Marcel Van-Apôtre de l’Amour!!

marcel-van

barre or3


Publié dans Marcel Van-Prière pour la France | Tagué

Saint Pierre-Julien Eymard né le 4 février 1811 est décédé à La Mure (Isère) le 1er août 1868.* Découvrons sa Vocation Eucharistique*

Saint-Pierre-Julien-Eymard--4---parousie.over-blog.fr

Dieu a conduit cet homme, d’étape en étape et par des voies providentielles, parfois insolites, à découvrir sa vocation eucharistique. Aussi pouvait-il écrire, trois ans avant sa mort : « Comme le bon Dieu m’a aimé ! Il m’a conduit par la main jusqu’à la Société du Très Saint-Sacrement ! Toutes mes grâces ont été des grâces de préparation. Tous mes états, un noviciat ! Toujours le Très Saint-Sacrement a dominé » (NR 44, 14)

 

*. Et trois mois avant sa mort, il écrivait : « La plus grande grâce de ma vie a été une foi vive au très Saint-Sacrement » (NR 45, 3).  

hostie-esprit saint5

(……..) Il a travaillé à remettre l’Eucharistie au centre de la vie chrétienne et sociale de son temps, convaincu qu’elle est la vraie force pour renouveler l’Église et la société.  

« C’est que j’écoute et je l’entends mieux d’ici »

Pierre-Julien Eymard passe par différentes étapes. Dès ses premières années, où sa mère très pieuse l’emmène tous les jours à l’église, il est attiré par l’Eucharistie. À sept ans, il est surpris par sa grande sœur derrière l’autel, sur un escabeau, la tête penchée ; il s’explique ainsi : « C’est que j’écoute et je l’entends mieux d’ici. »

Sa première communion, à 12 ans, est un jour de grandes grâces qui fait naître en lui le désir d’être prêtre.

(……….) Il est Devenu prêtre le 20 juillet 1834,

(……….)  il entre chez les Maristes (1839)

(……….)  Conduit par des grâces à la fois simples et profondes, Pierre-Julien comprend sa vocation. En 1845 à l’église Saint-Paul de Lyon, pendant la procession avec le Saint-Sacrement un jour de Fête-Dieu, il est saisi d’une foi forte en Jésus-Christ présent dans l’Eucharistie et demande à Dieu la grâce d’avoir le zèle apostolique de saint Paul.

En 1849, alors qu’il est Provincial, il visite la maison mariste de Paris. Il découvre en cette ville l’œuvre de l’Adoration nocturne, et par la même occasion, il entre en relation avec le comte Raymond de Cuers qui sera son premier compagnon dans la fondation de l’œuvre eucharistique.

(……….)  Le 21 janvier 1851, au sanctuaire de Notre-Dame de Fourvière (Lyon), il discerne l’urgence de travailler au renouvellement de la vie chrétienne par l’Eucharistie et voit l’importance d’une formation approfondie pour les prêtres et les laïcs.  

(…………)  La vie eucharistique que Pierre-Julien propose ne se borne pas à la seule dimension contemplative ; il veut prendre toute la pensée eucharistique, unir l’action à la contemplation, adorer et faire adorer, s’occuper de la première communion des jeunes ouvriers et mettre le feu aux quatre coins de la France.

« Une vie purement contemplative, écrit-il, ne peut être pleinement eucharistique ; le foyer a une flamme » (CO 1030). Le 6 janvier 1857, il inaugure la première communauté adoratrice avec l’exposition du Saint-Sacrement. C’est dans la pauvreté et le dénuement que la vie s’organise. Puis progressivement, la communauté grandit.

messe Hostensoir-Anges-002-w

Le Père Eymard la place à la tête du petit groupe de candidates venues à Paris en vue de la fondation de la branche féminine, les Servantes du Saint-Sacrement. … Marguerite Guillot le 25 mai 1858.

(………)  Il tente d’alimenter la vie spirituelle des prêtres par l’Eucharistie. Tout ce qu’il fait part de l’Eucharistie, est motivé par l’Eucharistie et a comme but faire connaître mieux l’Eucharistie. Fasciné par ce mystère, le Père Eymard affirme : « La sainte Eucharistie, c’est Jésus passé, présent et futur » (PG 356, 1).

Il est assoiffé de pénétrer ses secrets, d’ouvrir son cœur aux richesses d’intériorité de l’Évangile de saint Jean qu’il médite si souvent : « Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui » (Jean 6, 56). Le temps qu’il passe en adoration est très fécond pour son ministère ; un dynamisme et une force nouvelle l’imprègnent. Sa vision de l’Eucharistie évolue sans cesse et devient vie en lui.  

jésus hostie

Un parcours plus intérieur le conduit à un sommet spirituel : le « vœu de la personnalité », le don de lui-même (21 mars 1865). Le Père Eymard se laisse façonner par l’Esprit Saint afin que le Christ vive en lui (cf. Galates 2, 20), pour devenir Eucharistie, « un pain savoureux » pour la vie de ses frères.  

Les dernières années du Père Eymard ont été marquées par la maladie et des souffrances de tout genre : problèmes financiers, oppositions, incompréhensions, humiliations, perte de l’estime des évêques, nuit spirituelle. Malgré cela, ses paroles sont restées ardentes comme le feu et ses lettres de direction spirituelle riches d’invitations à la joie et à l’action de grâce pour les bienfaits de Dieu. Après avoir travaillé sans cesse, jusqu’à l’épuisement, il meurt à La Mure d’Isère le 1er août 1868. L’épitaphe sur sa tombe nous livre son message : « Aimons Jésus, qui nous aime tant dans son divin Sacrement. »  

st pierre julien eymard2

(………..)  « La sainte Communion est la table des pauvres, des infirmes, des faibles, comme elle l’est aussi des aigles et des parfaits. Ainsi ma bonne fille, allez à la sainte Communion avec vos misères, et votre pauvreté, c’est tout ce que vous pouvez faire de mieux, c’est la vie et la vie éternelle ! »

(………….)   La Vierge Marie a toujours été présente dans sa vie, c’est elle qui l’a conduit tout au long de son chemin, qui l’a aidé dans tous les passages, même douloureux, qui se présentaient. « Que ton Règne vienne », c’est le message final que le Père Eymard nous confie, en ce temps qui est le nôtre, il nous encourage à œuvrer pour une nouvelle évangélisation.  

Vierge-chapelle-Vierge-chapelle-claire

(……)  La grande mission de Marie est de former Jésus en nous ; pour cela il faut imiter sa vie, surtout son attitude intérieure : « Elle pensait la pensée de Jésus. (…) Elle ne s’occupait en elle-même que de Jésus ou pour Jésus ou en Jésus. Puis elle était si douce, si humble, si servante de tous ! (…) Sa charité était celle de son divin Fils. Je lui ai bien demandé, à cette bonne Mère, l’esprit de douceur, sa douceur, son calme, sa patiente prudence et sagesse » (NR 44, 94).  

(……)  En conclusion, le langage reste simple, parfois étrange et difficile à notre compréhension, mais l’ardeur, l’amour, la passion que le Père Eymard nous transmet sont un message actuel pour nous aujourd’hui

adoration-adoration-saint-sacrement

 L’Eucharistie était devenue pour lui

une passion de vie et une passion d’amour :

« Ayez une passion eucharistique. Aimez comme un homme aime par passion une personne (…) Celui qui voit notre Seigneur au Saint-Sacrement, qui le voit et en est ravi, va fixer sa pensée en notre Seigneur. Ses pensées suivront : il le connaîtra, le contemplera ; il verra son amour qui se donne et, s’étonnant, il entre dans les profondeurs de l’amour » (PR 124, 1).


http://notrehistoireavecmarie.mariedenazareth.com/fr/esc/saint-pierre-julien-eymard-apotre-de-leucharistie/

 


 

 

Publié dans Saint Pierre-Julien Eymard (1811-1868) | Tagué

Vidéos (2) Le Carême J’aime–Père Jean-Louis Barré* Si on le vivait autrement…*

Le Carême J’aime 1/2

Durée: 7 min:32

barre or3

Le Carême avec Marie J’aime 2/2

Durée: 10 min:43

barre or3


Publié dans Le Carême J'aime 1/2 & 2/2 | Tagué

Vidéos (3) Le Père Jean-Louis Barré explique…La souffrance, selon Jean-Paul II*

La souffrance, selon Jean-Paul II

(partie 1) (14 min:56)

La souffrance selon Jean-Paul II… la corédemption (partie 2) (14 min:30)

La souffrance selon Jean-Paul II… La corédemption (partie 3) (14 min:25)

 


 

Publié dans Pape Jean Paul II Face à la souffrance, Vidéos-Père Jean-Louis Barré | Tagué ,

Enseignements de Saint Padre Pio (stigmatisé)*LA FOI-LA SOUFFRANCE-L’AMOUR*(3)-FIN

dieu-sur-la-terre-comme-au-ciel

« L’athée est celui qui, par amour du mal, méprise DIEU, qui est le BIEN suprême. Le faux ou le mauvais chrétien est celui qui, par son attachement au péché, méprise et rejette les PROPHÈTES de JÉSUS. »

barrefleur

« Dans ces deux cas, le mal aimé et préféré, a provoqué une destruction ou une diminution notable de la Charité et de la Foi, d’où suit l’éloignement de DIEU, de ses Prophètes et de son Église. »

« Bien des hommes restent sur leur soif, parce que les membres de l’Église ne savent pas leur transmettre les Dons de DIEU, ou le font mal. »

« Aimer, aimer, aimer, tout est là. La racine de tous les Biens est la Charité, principe de toutes les Vertus. Si vous enlevez la Charité et la Foi, tout s’effondre et rien de Bon ne peut être construit. »

barrefleur

« Car l’Amour nous fait courir sur les voies de JÉSUS et la prudence nous incite à regarder où nous posons le pied. L’un nous fait apprécier les réalités du monde pour ce qu’elles sont réellement, l’autre nous met en garde contre toute négligence. »

« Tu es chargé de guider des âmes. Fais-le avec le plus possible d’amour, va jusqu’au bout de l’amour ; et si cela ne suffit pas… une bonne correction, parce que JÉSUS Christ, notre Modèle, nous l’a enseigné en créant l’enfer à côté du Paradis, et Il nous le montre en infligeant les punitions nécessaires à ceux qui les méritent. »

« L’Amour divin élève l’homme jusqu’au Trône de DIEU. Ne vous lassez jamais de remercier DIEU pour ses Dons, et priez-Le de faire toujours grandir l’Amour et la Foi dans vos coeurs, car toute la qualité et la réussite de votre vie en dépendent absolument. »

« Cultive ta vigne d’un commun accord avec JÉSUS. A toi revient la tâche d’enlever les pierres et d’arracher les ronces. A Lui, celle de semer et planter, d’arroser et de faire pousser. Mais même dans ton travail, c’est encore Lui qui agit, car sans Lui, tu ne pourrais rien faire ! »

vigne

« LE TEMPS QUE LON CONSACRE A LA GLOIRE DE DIEU ET AU SALUT DE SOIMÊME ET DES AUTRES, EST LE MIEUX EMPLOYÉ. »

barrefleur

« Oui, je bénis de tout coeur les catéchistes des enfants ; ceux-ci sont les préférés de JÉSUS. Je bénis également les promoteurs des Oeuvres missionnaires. »

« LE SEIGNEUR NOUS APPELLE TOUS A SAUVER DES HOMMES et à préparer sa Gloire par une vie authentiquement chrétienne. » (P. 79-91)

« Évite de fixer ton attention sur les suggestions du démon.

Il suffit de les mépriser et de tourner tes pensées vers JéSUS, et vers toutes les Merveilles du ROYAUME de DIEU. »

« Car il n’y a rien qui renforce tant nos défauts que l’inquiétude et l’obsession de s’en débarrasser. Alors, faute de patience, les imperfections, au lieu de disparaître, ne feront que croître. »

barrefleur

« LA MEILLEURE FAÇON DE PASSER SON TEMPS, CEST DE LE CONSACRER À LA SANCTIFICATION DAUTRUI. Et je ne peux que remercier le PÈRE de me faire rencontrer des hommes, que je peux aider d’une façon ou d’une autre. »

« Que ta présence soit partout une source féconde de Joie, et qu’elle soit perçue comme le sourire de DIEU. Car IL EST LA JOIE, et donc avec Lui, c’est la Joie assurée pour l’homme ! »

dieu-amour

« UNE SEULE CHOSE EST NÉCESSAIRE : AIMER ET CONNAITRE DIEU,

ÉLEVER SON ESPRIT VERS LUI. »

« Reste toujours joyeux et en paix, puisque tu chemines avec la JOIE et la PAIX, qui sont DIEU. Et fuis la tristesse, parce qu’elle est l’apanage des coeurs qui sont attachés aux réalités de ce monde ou adonnés au péché. »

« La SAINTETÉ engendre la JOIE, le péché, la tristesse. DIEU étant la JOIE, tous ceux qui L’aiment et vivent unis à Lui sont joyeux ! »

« Ne te laisse pas troubler par le triste spectacle de l’injustice humaine ; elle aussi à sa place dans l’économie des choses. Tu assistes et assisteras chaque jour davantage au Triomphe de la JUSTICE de DIEU sur elle. »

« Votre quenouille représente l’ensemble des désirs que vous voudriez voir se réaliser. Si vous filez un peu chaque jour, si vous savez tirer avec patience et persévérance les fils de vos projets jusqu’à leur exécution, vous en viendrez inéluctablement à bout. »

dieu

« Si vous avancez plus lentement, sachez que vous n’en irez que plus loin. »

(P. 93, 95-96, 98, 100-101) « Il suffit de garder son coeur ouvert, tourné vers DIEU, et d’attendre ainsi la Rosée céleste, en La demandant à notre PÈRE, comme JÉSUS nous le dit dans « L’ÉVANGILE ».

 

« Comment augmenter sa Charité et donc sa Foi ?

En accomplissant ton devoir consciencieusement et avec une intention droite, ainsi qu’en observant les Préceptes de JÉSUS. Et sans oublier, bien sûr, l’Étude sainte de la RÉVÉLATION divine, qui ne saurait se limiter à la

BIBLE, Révélation première… Si tu agis de cette façon avec persévérance, tu grandiras dans ces deux Vertus. »

abeille-fleur-pollinisation-pollen

« Soyez comme les abeilles : elles n’apportent dans leurs ruches que du pollen et ne fabriquent que du miel. Que votre maison soit pleine d’harmonie et de Charité, de Paix et de Joie… remplie des saints ENSEIGNEMENTS de DIEU. »

« CHOISISSEZ TOUJOURS LE MEILLEUR POUR

DEVENIR MEILLEURS VOUSMÊMES ! »

« Aimez DIEU de toutes vos forces ! Offrez-Lui les années qu’il vous reste à vivre et demandez-Lui d’en disposer selon son bon plaisir. »

« Formez une famille vraiment chrétienne, si vous voulez avoir de la tranquillité et le Bonheur en cette vie. Acceptez les enfants que DIEU veut vous donner, car les accueillir, c’est accueillir JÉSUS Lui-même (« L’ÉVANGILE » sel. St Marc, 9:37). »

enfants-mother-teresa-with-children

« Un enfant est toujours un grand Don de DIEU. »

« Les refuser en pratiquant vicieusement la contraception, c’est rejeter DIEU, qui est la VIE ! Ceux qui auront refusé d’obéir aux Lois de la nature, qui sont Lois de DIEU, auront l’éternité pour le regretter, rongés qu’ils seront par un remords sans fin… »

« Une fois les enfants engendrés avec Amour et Joie, faites-leur prendre, avec JÉSUS, la Route du Ciel. »

« Veillez soigneusement à leur éducation, surtout au point de vue religieux et moral. A côté de la formation intellectuelle, soyez attentifs à ce que l’éducation du coeur aille de pair avec l’Enseignement du CHRISTIANISME. »

« Il n’existe qu’un seul mal : les péchés des hommes. Vous ne verrez jamais aucun autre mal dans la Création parfaite de DIEU. Mais le CRÉATEUR fait l’homme libre, et celui-ci a donc toujours le choix entre le BIEN et son contraire : le péché. »

jésus agneaujésus agneau

« La liberté entraîne nécessairement la possibilité de ce désordre, que vous appelez mal, et qui a pour cause les fautes humaines. Cependant JÉSUS enlève ce mal du monde : « Voici l’AGNEAU de DIEU qui enlève le péché du monde », déclare Jean le Baptiste en désignant JÉSUS L’ÉVANGILE » sel. St Jean, 1:29). »

« Et c’est pourquoi IL EST LUNIQUE SOLUTION VÉRITABLE AU PROBLÈME DU MAL, QUI EST LE PROBLÈME DU PÉCHÉ DES HOMMES. »

« JÉSUS révèle et appelle ; mais bien souvent nous ne voulons ni écouter, ni voir et ni répondre, car nous préférons nos vues personnelles ou nos habitudes. On risque alors de ne plus entendre la VOIX de DIEU du fait de l’insuffisance de Charité et de Foi, qui ferme le coeur à ses Dons. » (P. 102, 105-106, 108, 110-112)

 fleur-blanche« Tout oeuvre humaine, d’où qu’elle vienne, a du Bon et du moins bon ; il importe donc de savoir retenir tout ce qui est Bon pour l’offrir à DIEU et aux hommes, et d’écarter le reste. Plus l’oeuvre et son auteur sont proches de DIEU et sous l’influence de son ESPRIT, plus ils renferment de Bonté, de Vérité et de Beauté, car ces trois qualités n’ont qu’une seule origine : DIEU. »

« C’est une bien grande Grâce que de commencer à servir le Bon DIEU à la fleur de l’âge.

Qu’il fait plaisir au SEIGNEUR, le don par lequel on Lui offre les premiers fruits de sa jeunesse ! »

« Souvenez-vous que NOUS SOMMES AVEC DIEU QUAND NOTRE ÂME EST EN ÉTAT DE GRÂCE, ET LOIN DE LUI QUAND NOUS SOMMES EN ÉTAT DE PÉCHÉ GRAVE. »

« PLUS LHOMME PÈCHE, PLUS IL SE SÉPARE ET S’ÉLOIGNE DE JÉSUS ET DE SON ÉGLISE, ET MOINS IL LES AIME. »

anges-gardiens

« Mais son ANGE,notre ANGE gardien -, ne nous abandonne jamaisIl est notre Ami le plus sûr et le plus sincère quand nous n’avons pas le tort de l’attrister par notre mauvaise conduite. »

« Laisse tomber, mon frère, laisse publier ce que l’on voudra. Redoute le Jugement de DIEU et non celui des hommes. Fais tout le BIEN que tu peux, sans t’occuper des appréciations ou des dénigrements humains.

Eux comme toi et moi, nous serons tous jugés d’après la qualité de notre CHARITÉ et de notre FOI, et des oeuvres qui en auront découlé. Ceux qui passent leur temps à juger, à dénigrer ou à essayer de détruire, sont et seront bien à plaindre… »

« À l’heure de l’épreuve, faites comme les alcyons, qui construisent leurs nids sur les mâts des bateaux : soulevez-vous de l’attraction de la Terre, élevez votre esprit vers DIEU, car Lui seul vous réconfortera et vous donnera la force de subir saintement l’épreuve, sans fléchir. »

padrepio3

« DIEU parle à celui qui sait se garder

dans la Charité et l’Humilité. »

« On est un bon serviteur de DIEU uniquement

si on Le sert comme Il veut être servi. »

rose-ste-rita

« Quand tu ne réussis pas à avancer à grands pas sur la route sur laquelle DIEU te conduit, contente-toi de faire des petits pas et attends patiemment d’avoir des jambes assez solides pour courir, ou mieux des ailes pour voler… »

ciel-de-dieu

« C’est par les épreuves que DIEU

attire les êtres qui lui sont chers. »

« Celui qui s’attache à la Terre y reste accroché. Il vaut mieux s’en détacher peu à peu qu’en une seule fois. Pensons sans cesse au Ciel pour nous faciliter ce détachement. »

fleur-blanche

« Allons ! Il te faut soigneusement cultiver ton coeur pour qu’il soit bien formé et ne t’épargner aucune peine, car cela est nécessaire à ton Bonheur. Un tel travail sur tes pensées et tes sentiments peut et doit se faire à tout âge. TOUT DANS TA VIE DÉPEND DE LA QUALITÉ DE TON MENTAL, ne l’oublie jamais. »

« Il est absolument indispensable qu’à côté de la lecture des Vies de Saints, vous ajoutiez celle des ÉCRITS révélés, BIBLIQUES et POSTBIBLIQUES, que tous les Pères et les docteurs de l’Église ont sans cesse recommandée. »


Source : (A Giovanni Scarparo. Dans « Fioretti de fr. PIO », de Pascal Cataneo, p. 115….

Travail de recherches: (P. Aldéric)


Pour lire l’article (2) ICI


 

Publié dans Saint Padre Pio | Tagué

*Sainte Rita de Cascia, la sainte des cas impossibles et désespérés*

Sainte Rita de Cascia, La sainte

Des cas Impossibles et Désespérés !!!

ste-rita-001

barre frise-roses

Sainte Rita fût épouse et mère. Après la mort de son mari et de ses deux enfants, elle resta forte et confiante en Dieu. Devenue religieuse, elle vécut en union à la Passion du Christ (stigmate au front) et engagée au service des pauvres. Sa persévérance dans les épreuves et sa confiance en Dieu en ont fait la « sainte des cas impossibles et désespérés ». Si elle a passé toute sa vie en Italie, elle est très connue en France, notamment dans la moitié Sud où sa dévotion populaire est particulièrement forte.

Aperçu de la vie de Sainte Rita. Sainte Rita vécut en Italie de 1381 à 1457. Cinq siècles plus tard, sa vie continue d’inspirer des millions de personnes à travers le monde. Une vie où se côtoient phénomènes mystiques et simplicité du quotidien, une vie chargée de grandes souffrances mais vécue dans la joie « d’aimer sans compter ».

 

Jeune fille, elle est déjà toute tournée vers Dieu. Mariée par obligation familiale à un homme rude, elle surmonte par sa douceur et sa patience les difficultés initiales de son mariage. Elle vit 18 années de bonheur avec l’homme dont elle aura deux enfants. Elle a 36 ans lorsqu’il est traîtreusement assassiné par un clan rival.

Quelques temps plus tard, elle perd ses deux enfants. Entrée au monastère, elle s’immerge dans une intense vie de prière. Son union intime au Christ crucifié se manifeste par le stigmate de l’épine. Elle accueille tous ceux qui viennent demander son aide et sa prière.

barre frise-roses

Toute la vie de sainte Rita respire l’amour de Dieu et la confiance totale en sa Providence. Mourante, elle demande à sa cousine d’aller lui cueillir une rose. Bien qu’en « plein hiver » la parente trouve la rose.

Cet épisode est à l’origine de l’image où l’on voit sainte Rita répandre des roses, symbole des grâces obtenues pour celles et ceux qui font confiance en l’intercession de « la sainte des causes désespérées et des cas impossibles ». 

Enfance à Roccaporena. Le père et la mère de Rita, Antonio Lotti et Aimée Ferri, vivent à Roccaporena à trois kilomètres de Cascia en Ombrie (Italie centrale). Dans la République de Cascia, ils jouent le rôle de « pacificateurs », c’est-à-dire de médiateurs entre les familles entrées dans la spirale des conflits et de la « vendetta ».

Chrétiens convaincus, ils vivent ainsi la béatitude des « artisans de paix ». Ils sont déjà âgés, lorsque naît Rita en 1381. Un jour, Antonio et Aimée vont travailler aux champs et portent avec eux le bébé dans une corbeille d’osier. Ils le posent à l’ombre des arbres.

rita-abeilles

Et voilà qu’un essaim d’abeilles entoure l’enfant, quelques-unes se posent même sur ses lèvres mais sans la piquer. Un tableau datant de 1480 commémore ce fait. On y lit l’inscription « La Bienheureuse Rita était dans son berceau : cinq abeilles entrèrent dans sa bouche et en sortirent en présence de ses parents. »

Un épisode qui dit de manière poétique et symbolique la bienveillante protection de Dieu pour la petite Rita.  […]

barre frise-roses

Éduquée chrétiennement, Rita répond très tôt et avec grande ferveur à l’amour de Dieu. Elle aime le recueillement et la solitude. Elle obtient de ses parents une petite chambre isolée qu’elle transforme en oratoire. Souvent, elle se rend au sommet du haut rocher de Roccaporena pour aller s’y recueillir et prier.

 Elle n’a que douze ans lorsqu’elle forme le projet d’entrer au monastère des Augustines de Cascia, projet qui ne se réalisera qu’après de longs et douloureux détours…  

Une épouse et une mère.
Le désir de Rita d’entrer au monastère ne convainc pas ses parents qui veulent la marier. Paolo Mancini, un homme sérieux mais impulsif et dur de caractère, se présente à eux pour demander la main de Rita. Les parents acceptent et dès l’âge de 14 ans, les fiançailles sont célébrées. Son avenir est décidé…

 

Au début de leur mariage, Rita souffre beaucoup du caractère de Paolo. Toutefois, par sa douceur, sa patience, et davantage encore par sa prière, elle réussit à changer l’attitude de son mari. Son premier biographe écrit : « Rita sut si bien l’adoucir qu’à la grande stupeur de tous elle le rendit admirablement doux et attaché au service de Dieu… »

 Et il ajoute : « Elle vécut dans la plus grande paix les 18 années entières qu’elle eut à passer avec lui. » C’est donc avec raison que beaucoup de gens confient à l’intercession de sainte Rita les situations matrimoniales difficiles qu’ils vivent ou dont ils sont témoins.

 rose-ste-rita

Elle donnera naissance à deux enfants : Jean-Jacques et Paul-Marie, dont nous savons peu de choses, si ce n’est que Rita les emmenait souvent avec elle au « Lazaret » pour aider les pauvres et les malades qui y sont soignés.  

Deuils cruels.
Paolo Mancini fait très probablement partie de la Garde civique de Cascia. Son caractère désormais adouci et pacifique ne le met pas à l’abri de la violence ambiante. Nous savons que les représailles à l’époque étaient cruelles. Comme un patrimoine intangible, les familles se transmettaient leur haine, de génération en génération.

Un soir qu’il revient de Cascia, ses ennemis lui tendent une embuscade près de la Tour de Collegiacone et l’assassinent traîtreusement. Douleur immense pour Rita, qui cependant ne veut pas entrer dans la logique de la vengeance. Avec la force de sa foi et de sa charité, elle veut au contraire rompre cette spirale.

« Elle demandait, dit son premier biographe, le pardon pour les assassins de son mari. » Ses enfants, alors adolescents, ne l’entendent pas ainsi. Ils parlent souvent de venger leur père. Rita les exhorte au pardon et prie pour eux. Elle va même jusqu’à demander à Dieu de les prendre plutôt que de les laisser se perdre dans cette violence meurtrière.

On rapporte que quelques temps plus tard, « ses fils furent appelés à une vie meilleure ». C’est uniquement par son immense confiance en la Providence que Rita put voir dans un deuil si douloureux pour son cœur de mère, un signe que le Seigneur les avait sauvés de la mort éternelle.  

rose-ste-rita

Entrée au monastère. La perte de son mari et de ses fils, en cette année 1417, laisse Rita dans une profonde douleur, mais non dans l’abattement. Elle est une femme de foi qui sait trouver dans l’espérance chrétienne la force de continuer à vivre et à aimer.

 

Elle sait que Dieu ne l’abandonnera pas. Comme elle est maintenant seule, son désir de vie consacrée renaît et elle demande à entrer au monastère des Augustines de Cascia. Mais l’abbesse refuse de la recevoir car, parmi les moniales, plusieurs appartiennent au clan opposé à celui de sa famille : son entrée apporterait la division. Tant que les deux partis ne seront pas réconciliés, Rita ne pourra être admise au monastère. Loin de se décourager devant cette tâche « impossible »,

 

Rita se fait messagère de la paix. Avec humilité et courage, elle passe de maison en maison, exhortant toutes les familles ennemies à se réconcilier. Et elle prie. Elle prie intensément le Seigneur de changer les cœurs. En particulier, elle invoque ses saints de prédilection : saint Jean-Baptiste, saint Augustin et saint Nicolas de Tolentino.

Et Dieu lui accorde ce miracle de pacification ! Elle obtient que la réconciliation soit officiellement reconnue devant notaire, selon l’usage de l’époque. Rita mériterait aussi d’être appelée « la sainte de la Réconciliation » ! À l’âge de quarante ans, elle peut enfin répondre à sa vocation religieuse et, dans une immense joie spirituelle, entrer au monastère Sainte-Marie-Madeleine de Cascia.

ste-rita1


Le stigmate de l’amour. Sainte Rita est favorisée d’un phénomène mystique en relation à son amour du Christ crucifié. Le Vendredi Saint de l’an 1442, elle se rend à la paroisse pour l’office de la Passion de Notre Seigneur. La parole vibrante du prêtre qui prêche sur la Passion du Christ frappe vivement Rita.

 

De retour au couvent, encore toute bouleversée, elle se met en prière devant la fresque du Christ crucifié située dans l’oratoire attenant à la chapelle. Voici comment son biographe Cavallucci raconte la scène : « Alors elle se mit à demander avec la plus extrême ardeur que le Christ lui fasse au moins sentir une de ces épines… dont son front avait été percé… Elle l’obtint. Elle sentit non seulement la blessure désirée, mais son front fut désormais affecté d’une plaie incurable qui devait lui rester jusqu’à la mort. Il s’agissait d’une plaie ouverte et profonde qui la faisait atrocement souffrir. La blessure résista à tous les soins ; elle ne se ferma jamais durant les quinze années que Rita vécut encore, exceptée durant son pèlerinage à Rome. »

 

barre frise-roses

Rita s’immerge de plus en plus dans la prière et la contemplation, retirée dans sa cellule. Des gens accourent de toutes parts pour lui recommander des intentions de prière. Le monastère devient, déjà du vivant de Rita, un centre de pèlerinage.

 Et encore aujourd’hui, les pèlerins qui se rendent à Cascia sont toujours très émus en visitant « l’ermitage de l’Épine » où se trouve le Christ devant lequel Rita reçut le stigmate.

rose-ste-rita


La rose de la confiance. En 1453, Rita tombe malade. Pendant quatre ans, elle souffre énormément, mais jamais ne perd sa patience et sa douceur. Toutes les sœurs du couvent en sont édifiées. Le dernier hiver est particulièrement dur. Une cousine de Roccaporena vient visiter Rita. Avant de repartir, la parente lui demande si elle peut faire quelque chose pour elle.

 

Rita lui répond : « Je voudrais une rose de mon petit jardin. » La cousine pense que Rita délire. « Une rose en plein hiver !… » Rentrée à Roccaporena, elle a déjà oublié cette demande quand, passant par hasard près de l’ancien jardin de Rita, elle voit une superbe rose rouge qui s’épanouit sur l’un des rosiers !

 

Elle la cueille avec émotion et retourne à Cascia la porter à Rita. C’est en souvenir de cet épisode de la vie de Rita, que chaque année, au jour de la fête de sainte Rita, les fidèles font bénir les roses pour les porter à leurs parents ou amis malades.  

Une mort rayonnante. Le 22 mai 1457 Rita entre dans la gloire du Ciel. Certains biographes racontent que, trois jours plus tôt, Notre Seigneur lui est apparu en compagnie de la Vierge Marie.
– « Quand donc, Jésus, pourrais-je venir en ta présence ? »
– « Bientôt, mais pas encore. »
– « Et quand donc ? »
– « Dans trois jours tu seras avec moi. »
Cette promesse réconforte Rita. Le troisième jour, elle demande à communier et à recevoir le sacrement des malades. Toutes les religieuses de sa communauté sont présentes.

ste-rita

Elle demande la bénédiction de l’abbesse, puis expire doucement. Aussitôt, des prodiges sensibles viennent comme acclamer la sainteté de Rita. La cloche du monastère se met à frapper trois coups sans que personne ne la touche. La cellule de Rita s’illumine d’une resplendissante lumière, et la blessure malodorante de son front se cicatrise subitement en même temps qu’un parfum exquis remplit la cellule.

 

Selon certains témoignages figurant au procès de canonisation, plusieurs personnes auraient vu son âme monter dans la gloire…
Une religieuse du monastère qui avait un bras paralysé cherche à passer son bras autour du cou de Rita… Elle y réussit. Elle est guérie !

barre frise-roses

 C’est le premier miracle posthume de Rita. Tout le peuple de Cascia accourt pour voir celle que l’on appelle déjà « la sainte ». On transporte sa dépouille dans une chapelle intérieure et, pour que tous puissent la voir, on ne ferme pas le cercueil. Quelques années plus tard, ce cercueil sera détérioré par le feu, mais le corps restera intact jusqu’à… aujourd’hui où il repose dans la basilique sanctuaire de Cascia.  

« La sainte de l’impossible. » 
C’est en 1710 qu’un religieux augustin espagnol a qualifié pour la première fois sainte Rita d’« avocate des causes impossibles ». Tant d’épisodes de la vie de la sainte manifestent comment elle réussit à surmonter, dans la foi et la confiance, des situations qui semblaient désespérées : la violence de son mari, les complications pour entrer au monastère, l’impossibilité de réconcilier des clans en conflits, et tant d’autres, jusqu’à celle, qui révèle la confiance de Rita et la poésie de Dieu, d’obtenir une rose en hiver…

ste-rita-mort

 

Mais si Rita est appelée la « sainte de l’impossible », c’est aussi à cause des nombreux miracles obtenus par son intercession. Au moment du procès de béatification, plus de 300 ex-voto témoignant de grâces obtenues ont été comptabilisés dans l’église du monastère. Les plus anciens datent de 1467, dix ans après sa mort.

À tel point que les autorités communales elles-mêmes ont demandé à un notaire d’enregistrer soigneusement les guérisons miraculeuses qui survenaient auprès de la tombe de Rita. Pour la seule année 1457, onze miracles ont été jugés suffisamment incontestables pour être mis par écrit. Le plus grand est survenu le 25 mai de cette année-là : un aveugle, Battista d’Angelo, a retrouvé la vue après avoir prié devant le tombeau de la sainte.

barre frise-roses

 Encore aujourd’hui, d’innombrables témoins attribuent à l’intercession de Rita d’avoir été secourus dans des situations extrêmement difficiles ou humainement désespérées.  

Une sainte aimée de tous.
À l’époque de Rita, les canonisations officielles n’avaient pas encore été instituées. C’était en quelque sorte la voix du peuple qui proclamait la sainteté de ceux et celles qui avaient témoigné de façon extraordinaire de leur amour de Dieu. On peut donc dire que Rita fut d’abord béatifiée par le peuple ; l’évêque de Spoleto simplement autorisa son culte. La béatification officielle fut proclamée par le Pape Urbain VIII en 1628, et ce n’est qu’en mai 1900 que Léon XIII canonisa sainte Rita. Dès lors, son culte s’est développé de façon extraordinaire d’abord en Italie et puis dans le monde entier. Ici en France, c’est à partir de 1935 que le Père Bianco, Oblat de la Vierge Marie, introduisit la dévotion à Rita.

ste-rita3

barre frise-roses

La création de la Revue Sainte Rita en 1955 contribua à la faire connaître et aimer dans toute la France, et en particulier dans la moitié Sud. Tant de gens se retrouvent en cette femme dont la vie est à la fois simple, proche de la leur, et en même temps remplie de signes prodigieux de la présence de Dieu.

 Ils admirent l’épouse et la religieuse qui, à travers son acceptation « amoureuse » des épreuves, montre à tous un chemin de foi, d’espérance et d’amour de Dieu. Ils montrent une confiance immense en cette sainte qui intercède si efficacement auprès de Dieu pour obtenir des grâces aussi bien temporelles et spirituelles.

La mission universelle de sainte Rita, « la sainte des cas impossibles », est de nous aider, par l’exemple de la vie et par la puissance de sa prière, à ne jamais désespérer et à mettre toute notre confiance en Dieu, même dans les situations les plus difficiles et « impossibles ». 

barre frise-roses


Source : http://notrehistoireavecmarie.mariedenazareth.com//fr/esc/sainte-rita-de-cascia-la-sainte-des-cas-impossibles/?utm_source=Une+minute+avec+Marie+%28fr%29&utm_campaign=60118e2425-NHM_2017_N06&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-60118e2425-105909389

 

Publié dans Sainte Rita de Cascia (stigmatisée) | Tagué ,