Les Révélations de Sainte Gertrude D’Helfta-Religieuse Mystique*


gertrude_the_great

barrrose

Sainte Gertrude

Moniale bénédictine (1256-1302)

Gertrude était originaire de la Haute Saxe.

Elle fut une grande mystique

Fêté le 16 Novembre

barrrose


(…) DU DON DE CONFIANCE QUI BRILLA EN GERTRUDE

gertrude5

 

  1. Nous pourrions démontrer par d’admirables témoignages à quel degré elle possédait, je ne dis pas la vertu, mais le don de confiance. En effet, elle sentait à toute heure une telle sécurité dans sa conscience, que ni les tribulations, ni les blâmes, ni les obstacles, ni même ses propres fautes, ne pouvaient altérer cette ferme confiance dans la miséricorde infinie. S’il arrivait que Dieu la privât des faveurs auxquelles elle était accoutumée, elle ne s’en troublait pas, car ce lui était pour ainsi dire une même chose de jouir de la grâce ou d’en être privée.

 

  1. En effet, durant l’épreuve, elle s’appuyait sur l’espérance, et croyait fermement que tout coopère au bien des âmes, qu’il s’agisse d’événements extérieurs ou d’opérations intimes. Comme on attend avec espoir un messager qui porte les nouvelles longtemps désirés, ainsi elle entrevoyait avec joie l’abondance des consolations divines dont l’adversité du moment lui semblait être la préparation et le gage certain. La vue de ses fautes ne pouvait l’abattre ni la décourager, parce que, raffermie bientôt par la présence de la grâce divine, son âme devenait plus apte à recevoir les dons de Dieu quels qu’ils fussent.

 

(….) 3. Elle avait pris l’habitude de se prosterner souvent aux pieds du Seigneur, pour obtenir le pardon de ces fautes légères qui sont inévitables ici-bas. Mais elle interrompait cette pratique quand elle recevait, ainsi que nous l’avons dit, une effusion plus abondante de la miséricorde divine. Alors elle se livrait volontiers au bon plaisir de Dieu, devenait comme un instrument destiné à manifester les opérations de l’amour en elle et par elle, et n’hésitait pas à prendre avec le Dieu de l’univers une sorte de revanche de tendresse.

gertrude3

  1. Cette confiance lui inspirait aussi une manière très surnaturelle de considérer la sainte Communion, car elle ne lisait ou n’entendait rien dire concernant le danger de recevoir indignement le Corps du Seigneur, sans s’approcher du sacrement avec une espérance plus ferme encore dans la bonté de Dieu.

barrrose

  1. Si elle avait oublié de réciter les prières par lesquelles il est d’usage de se préparer, elle ne s’abstenait pas cependant de la Communion, parce que, jugeant ces actes nuls ou de peu de valeur, elle croyait que tous les efforts de l’homme en face de cet incomparable don gratuit sont comme une goutte d’eau comparée à l’immensité de l’océan. Bien qu’elle ne vit aucune manière de se préparer dignement, cependant, après avoir mis sa confiance dans l’infinie bonté de Dieu, elle s’efforçait par-dessus tout de recevoir le sacrement avec un cœur pur et un fervent amour.

 

  1. Elle attribuait à sa seule confiance en Dieu tout le bien spirituel qu’elle recevait, et trouvait que ce bien était d’autant plus gratuit que ce don de confiance lui avait été accordé par l’Auteur de toute grâce, sans aucun mérite de sa part.

 

  1. C’est encore la confiance qui lui inspirait un fréquent désir de la mort, désir si parfaitement tempéré par l’union à la divine Volonté, qu’il lui était toujours indifférent de vivre ou de mourir : par la mort, en effet, elle espérait jouir de la Béatitude, tandis que la vie lui était une occasion d’augmenter la gloire de Dieu. Il lui arriva un jour, en marchant, de faire une chute dangereuse.

barrrose

Elle ressentit aussitôt dans son âme une grande joie et dit au Seigneur : « Quel bonheur pour moi, ô mon bien-aimé Seigneur, si cette chute m’eût donné l’occasion d’aller tout à coup vers vous. » Et comme nous lui demandions tout étonnés si elle ne craignait pas de mourir sans les sacrements de l’Église : « En vérité, dit-elle, je désire de tout mon cœur recevoir les sacrements ; mais la volonté et l’ordre de mon Dieu seront pour moi la meilleure et la plus salutaire préparation. J’irai donc avec joie vers lui, que la mort soit subite ou prévue, sachant que de toute façon la miséricorde divine ne pourra me manquer, et que sans elle nous ne serions pas sauvés, quel que soit le genre de notre mort. »

  1. Tous les événements la trouvaient dans une égale disposition de joie, parce que son esprit restait fixé inébranlablement en Dieu, dans une constance pleine de vigueur. Aussi peut-on lui appliquer ces paroles : «Qui confidit in Deo, forcis est ut leo : Celui qui se confie en Dieu est fort comme le lion.»(Prov., xxviii, l.).

 

  1. Notre-Seigneur daigna rendre lui-même à la confiance de son Élue le témoignage suivant : Une personne, après avoir prié Dieu, s’étonnait de ne pas recevoir de réponse ; il lui dit enfin : « J’ai tardé à te répondre, parce que tu n’as pas confiance en ce que ma bonté toute gratuite daigne opérer en toi. Ma bien-aimée au contraire est si fortement enracinée dans la confiance qu’elle s’abandonne toujours à ma bonté ; c’est pourquoi je ne lui refuserai jamais ce qu’elle désire. »

 barre étoile

DE LA VERTU D’HUMILITÉ ET DE PLUSIEURS AUTRES VERTUS
QUI BRILLÈRENT EN ELLE COMME AUTANT D’ÉTOILES.

gertrudis_helfta

barre brun

(…)  Un jour pendant la promenade, elle dit au Seigneur, avec un profond mépris d’elle-même : « Le plus grand de tous vos miracles, ô mon Dieu, est que la terre puisse porter une pécheresse telle que moi ! » Mais le Seigneur, qui exalte ceux qui s’humilient, lui dit avec bonté : « La terre se laisse volontiers fouler sous tes pas, puisque tout le ciel dans sa grandeur attend avec des tressaillements d’allégresse l’heure bienheureuse où il aura l’honneur de te posséder. » O douceur admirable de la bonté de Dieu qui se plaît à glorifier une âme en proportion de son humilité !

 

Elle méprisait à ce point la vaine gloire, que si une pensée lui en venait à l’esprit quand elle était occupée à la prière ou à une bonne oeuvre elle continuait son acte en se disant : « Si quelqu’un te voit accomplir ce bien, il sera porté à t’imiter, et le Seigneur eu sera glorifié. » Car elle estimait n’avoir pas plus d’importance dans l’Église que n’en a, dans la maison du père de famille, un épouvantail bon seulement à être attaché à un arbre au temps de la récolte, afin de chasser les oiseaux et de garder les fruits.

 

Elle nous a laissé dans ses écrits une preuve assurée de sa douce et fervente dévotion, et Dieu, qui scrute les reins et les cœurs (Ps. vii, 10), daigna en donner lui-même un témoignage. Un homme très pieux se sentit un jour animé d’une grande ferveur, et il entendit ces paroles du Seigneur : « La consolation dont tu jouis en ce moment remplit fréquemment l’âme de cette Élue dans laquelle j’ai établi ma demeure. »

 

barre brun

 Le dégoût absolu qu’elle ressentait pour tous les plaisirs passagers de ce monde atteste merveilleusement la douceur et la joie qu’elle trouvait dans le Seigneur, car, ainsi que l’a dit saint Grégoire : «Ce qui est charnel n’a plus de saveur pour celui qui a goûté les choses spirituelles. » Et le bienheureux Bernard ajoute : « Tout est à charge à celui qui aime Dieu tant qu’il ne jouit pas de l’unique objet de ses désirs. »

 

Un jour donc qu’elle éprouvait du dégoût en face des joies humaines, elle s’écria : « Rien ne peut me plaire ici-bas, si ce n’est vous, ô mon très doux Seigneur ! » Le Seigneur répondit : « Et moi je ne vois rien au ciel et sur la terre qui puisse me plaire sans toi, car mon amour t’unit à toutes mes joies. Si je prends mes délices dans des choses diverses, c’est avec toi que je les trouve ; et plus ces délices sont abondants, plus grande est la part que tu en reçois. » C’est ce que saint Bernard atteste lorsqu’il dit : « Que l’honneur du Roi aime la justice, soit ; mais l’amour de l’Époux ne demande qu’un retour de tendresse et de fidélité !. »

 

barre brun

(….) Sa liberté d’esprit était si grande qu’elle ne pouvait supporter, même un instant, quelque chose de contraire à sa conscience. Le Seigneur en rendit lui-même témoignage, car une personne lui ayant demandé ce qui lui plaisait davantage dans cette Élue, il répondit : « La liberté de son Cœur. »

Sacre-Coeur-13

Cette personne manifesta. Un grand étonnement et parut faire peu de cas de cette qualité : « Je croyais, dit-elle, ô Seigneur, que, par un effet de votre grâce, cette âme était arrivée à une sublime intelligence de vos saints mystères et possédait un très ardent amour ? – Oui, il en est ainsi, répondit le Seigneur, et c’est le résultat de la liberté de son cœur. Ce bien est si grand qu’il conduit à la plus haute perfection : à toute heure je trouve ma bien-aimée prête à recevoir mes dons, car elle ne supporte dans son âme absolument rien qui puisse entraver mon action. »

 gertrude2

barre brun

Comme conséquence de cette liberté d’esprit, elle ne gardait à son usage que ce qui lui était indispensable, et si elle recevait quelques présents, elle les distribuait aussitôt au prochain, ayant soin de favoriser les indigents et de préférer ses ennemis à ses amis. Si elle avait quelque chose à faire ou à dire, elle s’exécutait sur-le-champ, dans la crainte que la moindre préoccupation l’éloignât du service de Dieu et de l’assiduité à la contemplation.

 

Le Seigneur daigna révéler que cette conduite lui était agréable : Un jour il se montra à Dame M., notre chantre, assis sur un trône magnifique. Devant lui, celle-ci semblait marcher, aller et venir, dirigeant sans cesse son regard vers le Seigneur, et très attentive à suivre les moindres indications de son Cœur sacré.

barre brun

Comme M. admirait ce spectacle, le Seigneur lui dit: « Tu le vois, mon Élue se tient toujours devant moi et cherche sans cesse à connaître mon bon plaisir. Quand elle l’a découvert, elle emploie toutes ses forces à l’accomplir, pour revenir bientôt rechercher mes autres volontés et les exécuter fidèlement : c’est ainsi que toute sa vie est consacrée à ma louange et à ma gloire. »

 

« Mais, reprit M., si sa vie est admirable, d’où vient qu’elle juge parfois avec tant de sévérité les fautes et les négligences d’autrui ? » Le Seigneur répondit avec bonté: « Comme elle ne souffre jamais la moindre tache sur son âme, elle ne petit tolérer avec indifférence les défauts du prochain. »

 cactus

(….) Elle possédait à un très haut degré la vertu de discrétion : en effet, bien que surabondamment instruite du sens et des paroles de la sainte Écriture, à ce point que tous venaient demander ses conseils et se retiraient ensuite ravis de sa haute prudence, cependant, lorsqu’il s’agissait de sa propre conduite, elle cherchait, par une humble discrétion, l’avis de ses inférieurs eux-mêmes et les écoutait avec tant de déférence, que presque toujours elle abandonnait ses idées personnelles pour adopter celles d’autrui.

barre brun

 

Il nous paraîtrait superflu de montrer comment chaque vertu brillait en elle d’un vif éclat, à savoir l’obéissance, l’abstinence, la pauvreté volontaire, la prudence, la force, la tempérance, la miséricorde, la charité fraternelle, la constance, la reconnaissance, la joie du bonheur d’autrui, le mépris du monde, et bien d’autres encore, car nous avons vu que cette âme possédait à un haut degré la discrétion, appelée mère de toutes les vertus.

 

Elle avait aussi cette admirable confiance, fondement de toutes les vertus, et à laquelle Dieu ne refuse rien, surtout lorsqu’il s’agit de biens spirituels; et la noble humilité, fidèle gardienne des vertus, avait, comme nous l’avons dit, jeté dans son âme de profondes racines. En parlant de sa charité envers Dieu et le prochain, nous avons prouvé que cette vertu, reine des reines, avait établi son trône en elle et se traduisait à l’extérieur par les témoignages d’une compatissante bonté.

 

Nous omettrons donc de parler en détail de ses autres vertus, bien qu’un bon nombre de faits surpassent ceux que nous avons cités, et soient de nature à charmer le dévot lecteur plutôt qu’à le lasser. Ce que nous avons dit suffira à prouver que cette Élue fut un de ces cieux dans lequel le Roi des rois daigne habiter comme sur un trône parsemé d’étoiles.

barre étoile


QUELQUES MIRACLES

gertrude4

barre brun

Au mois de mars, le froid se fit sentir avec une telle  rigueur que la vie des hommes et des animaux semblait menacée. De plus, celle-ci entendait dire qu’il n’y avait à espérer aucune récolte cette année-là, parce que, d’après la disposition de la lune, le froid durerait encore longtemps. Un jour donc, à la messe où elle devait communier, elle pria dévotement le Seigneur à cette intention, et demanda d’autres grâces encore.

 

Le Seigneur lui répondit : « Sois assurée que toutes tes demandes sont exaucées. » Elle reprit : « Seigneur, si je suis vraiment exaucée, et s’il est juste de vous rendre grâces, veuillez m’en donner une preuve en faisant cesser ce froid rigoureux. » Cela dit, elle n’y songea plus, mais lorsqu’elle sortit du chœur après la messe, elle trouva le chemin tout inondé par suite de la fonte des neiges et des glaces.

 

Ceux qui voyaient un tel changement se produire contrairement aux lois de la nature en étaient fort étonnés, et comme ils ignoraient que l’Élue de Dieu l’eût obtenu par ses prières, ils répétaient que malheureusement ce temps ne durerait pas, parce que c’était contraire à l’ordre régulier des choses. II se maintint toutefois et dura sans interruption pendant le printemps qui suivit.

barre brun

Une autre fois, à l’époque de la moisson, comme il pleuvait continuellement, et que partout l’on priait avec instance, tant on craignait la perte des récoltes, celle-ci, s’unissant au peuple, offrit de si instantes prières afin d’apaiser le Seigneur, qu’elle obtint la promesse formelle d’un temps plus favorable. Il arriva en effet que ce jour même, quoique de gros nuages couvrissent encore le ciel, le soleil parut et éclaira toute la terre de ses rayons.

getrude-de-hefta

 

Un soir après le souper, la communauté était allée dans la cour pour un travail. Le soleil brillait encore, mais on voyait de gros nuages chargés de pluie suspendus dans les airs. J’entendis alors moi-même celle-ci dire au Seigneur : « O Seigneur, Dieu de l’univers, je ne désire pas que vous accomplissiez comme de force mon humble volonté ; car si votre infinie bonté tient cette pluie suspendue dans les airs à cause de moi, et contrairement à ce qu’exigent votre gloire et la rigueur de votre justice, je vous en prie, que les nuages se déchirent et que votre très aimable volonté s’accomplisse. » O merveille !

Sacre-Coeur-13

Elle n’avait pas dit ces mots, que le tonnerre retentit, et que la pluie tomba avec abondance. Dans sa stupéfaction, elle dit au Seigneur : « O Dieu très clément, s’il plaisait à votre Bonté de retenir la pluie jusqu’à ce que nous ayons terminé ce travail enjoint par l’obéissance? » Et le Seigneur, si rempli de condescendance, retint la tempête jusqu’à l’achèvement de la besogne des sœurs. Mais à peine avaient-elles franchi les portes, qu’une pluie torrentielle accompagnée d’éclairs et de tonnerre s’abattit avec violence, et deux ou trois sœurs qui s’étaient attardées rentrèrent toutes mouillées.

barre brun

D’autres fois encore elle recevait miraculeusement l’assistance divine, sans formuler de prière, mais par une seule parole et comme en se jouant : si, par exemple, elle travaillait assise sur un tas de foin et que son aiguille ou son poinçon venait à lui échapper et à tomber dans le foin, aussitôt on l’entendait dire au Seigneur : « Seigneur, c’est bien en vain que je chercherais cet objet ; accordez-moi plutôt de le retrouver. »

 

Puis, sans même regarder, elle plongeait la main au milieu du foin pour en retirer l’objet perdu, et cela avec autant d’assurance que si elle l’avait eu devant elle sur une table. C’est ainsi qu’en toute circonstance elle appelait à son secours ce Bien-Aimé qui régnait sur son âme et qu’elle trouvait toujours en lui un allié très fidèle et rempli de bonté.

gertrude

Une autre fois, comme elle priait le Seigneur de calmer la violence des vents qui amenait une grande sécheresse, elle reçut cette réponse : « II est inutile que dans mes rapports avec toi je me serve du motif qui m’engage parfois à exaucer les prières de mes autres élus, car ma grâce a tellement uni ta volonté à la mienne que tu ne peux vouloir que ce que je veux.

 

Or, ces tempêtes violentes vont ramener vers moi par la prière certains cœurs rebelles à mon amour. C’est pourquoi je n’accueillerai pas ta demande, mais tu recevras par contre un don spirituel. » Elle accepta avec joie cet échange, et trouva désormais sa joie à n’être exaucée que selon le bon plaisir de Dieu.

barre brun

Saint Grégoire nous dit que la sainteté des justes ne consiste pas à faire des miracles, mais plutôt à aimer le prochain comme soi-même, et cet amour, nous l’avons vu animait le cœur de cette Élue. Que le récit de si grands miracles suffise aussi à montrer que son âme était bien la demeure de Dieu.

Que la bouche de ceux qui insultent la bonté gratuite du Seigneur soit à jamais fermée, et que la confiance des humbles croisse encore à la vue de ces merveilles, car ils peuvent espérer un profit pour eux-mêmes des bienfaits accordés à chacun des Élus.

barre-rose-et-coeur-rougeGIF


Source : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Textes/index.html

 

Publicités

A propos Myriamir

''LA PEUR NE VIENT PAS DE DIEU '' *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes* *En cette Fin des Temps-Jésus et Marie parlent à leurs Enfants ! https://myriamir.wordpress.com/
Cet article, publié dans Sainte Gertrude D'Helfta-Religieuse-Mystique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.