*La communion vue par le Saint curé d’Ars..Extrait d’un article de.. Chrétien web


Saint suré d'ars Vianney

Qui de nous, M.F., aurait jamais pu comprendre que Jésus-Christ eût porté son amour envers ses créatures jusqu’à leur donner son Corps adorable et son Sang précieux pour servir de nourriture à nos âmes, si ce n’était lui-même qui nous le dise ? Eh quoi ! M.F., une âme se nourrir de son Sauveur !… et cela autant de fois qu’elle le désire !… O abîme de bonté et d’amour d’un Dieu pour ses créatures ! … Saint Paul nous dit, M.F., que le Sauveur, en se revêtant de notre chair, a caché sa divinité et a porté l’humiliation jusqu’à l’anéantissement.

Mais, en instituant le sacrement adorable de l’Eucharistie, il a voilé jusqu’à son humanité, il n’a laissé paraître que les entrailles de sa miséricorde. Oh ! M.F., voyez de quoi est capable l’amour d’un Dieu pour ses créatures !… Non, M.F., de tous les sacrements, il n’y en a point qui puisse être comparé à celui de l’Eucharistie.

eucharistie

Dans celui du Baptême nous recevons, il est vrai, la qualité d’enfants de Dieu et, par conséquent, nous avons part à son royaume éternel ; dans celui de la Pénitence, les plaies de notre âme sont guéries et l’amitié de notre Dieu nous est rendue ; mais dans le sacrement adorable de l’Eucharistie, non seulement nous recevons l’application de son Sang précieux, mais encore l’auteur de toute grâce.

Saint Jean nous dit que Jésus-Christ « ayant aimé les hommes jusqu’à la fin , » trouva le moyen de monter au ciel sans quitter la terre il prit du pain entre ses mains saintes et vénérables, le bénit et le changea en son Corps ; il prit du vin et le changea en son Sang précieux, et donna à tous les prêtres, dans la personne de ses apôtres, le pouvoir de faire le même miracle, toutes les fois qu’ils prononceraient les mêmes paroles ; afin que, par ce miracle d’amour, il pût rester avec nous, nous servir de nourriture, nous consoler et nous tenir compagnie. « Celui, nous dit-il, qui mange ma chair et qui boit mon sang vivra éternellement ; mais celui qui ne mange pas ma chair et qui ne boit pas mon sang n’aura pas la vie en lui . »….

ange

Oh ! M.F., quel bonheur pour un chrétien d’aspirer à un si grand honneur que de se nourrir du pain des anges !… Mais, hélas ! qu’il y en a peu qui le comprennent !… Ah ! M.F., si nous comprenions la grandeur du bonheur que nous avons de recevoir Jésus-Christ, ne travaillerions-nous pas continuellement à le mériter ? Pour vous faire concevoir une idée de la grandeur de ce bonheur, je vais vous montrer : combien est grand le bonheur de celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion et les fruits que nous en devons tirer.

I. – Vous savez tous, M.F., que la première disposition pour recevoir dignement ce grand sacrement, c’est d’avoir bien examiné sa conscience, après avoir imploré les lumières du Saint-Esprit ; et d’avoir bien avoué ses péchés, avec toutes les circonstances qui peuvent les rendre plus graves ou en changer l’espèce, les faisant connaître tels que Dieu nous les fera connaître quand il nous jugera. C’est d’avoir une grande douleur de les avoir commis, et même d’être prêts à sacrifier tout ce que nous avons de plus cher plutôt que de les recommettre.

marie coeur

C’est enfin d’avoir un grand désir de nous unir à Jésus-Christ. Voyez l’empressement des mages à chercher Jésus-Christ dans sa crèche ; voyez la sainte Vierge ; voyez sainte Magdeleine, comme elle s’empresse à chercher le Sauveur ressuscité.

barre frise-roses


Lire la suite sur Chrétien Web: https://chretienweb.wordpress.com/2016/05/29/la-communion-vue-par-le-saint-cure-dars/

 

Publicités

A propos Myriamir

''LA PEUR NE VIENT PAS DE DIEU '' *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes* *En cette Fin des Temps-Jésus et Marie parlent à leurs Enfants ! https://myriamir.wordpress.com/
Cet article, publié dans Saint Curé d'Ars (Saint Jean-Marie Baptiste Vianney), est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.