Les leçons de Saint Philippe (Filippo) Néri s’adressent à tous les chrétiens qui veulent vivre avec le Seigneur,quel que soit leur état de vie*


Saint Philippe Neri-2

barre orange

Ce qu’il conseille à des religieux pourrait très bien s’appliquer

à ceux qui vivent dans le monde.

Voici quelques extraits des lettres qu’il écrivit

à ses nièces religieuses:

À Sœur Maria Tregni (une de ses nièces)

Religieuse à Santa Lucia  à Firenze

barre orange

L’abandon entre les mains de Dieu

L’abandon, ce premier pas que nous avons l’intention d’accomplir, est cependant le dernier que nous accomplissons. La peau de notre amour-propre colle, en effet, à celle de notre cœur, si intimement que rien n’est plus difficile que de l’en détacher. Plus nous semblons sur le point d’y parvenir, plus cruellement nous en souffrons… Toutes les peaux… de ce monde doivent être abandonnées pour la vie de l’esprit.

Âme est un terme employé pour signifier l’existence, à entendre ici dans le sens de la conquête des vertus qui passe par la mortification des vices, des péchés, des mauvaises pensées et des affections dangereuses, et qui vise à atteindre la sainteté. Mais prenez garde, ma fille, car l’âme est couverte de bien vilaines peaux, et il faut brandir le couteau de la sainte discipline pour trancher dans le vif et les détacher de nos cœurs…”

barre orange

L’avarice

“La taupe est une sorte de rat aveugle qui vit toujours sous la terre, mange et creuse le sol, sans jamais se lasser ni se rassasier. C’est l’image même de l’homme avare, et de la femme plus encore, car elle l’est tout naturellement. Or Dieu est à l’antipode de l’avarice, puisqu’il nous a tout donné: la splendeur de la vie, l’immensité de la création, du plus grand des anges jusqu’au plus infime des êtres, et enfin son propre Fils, le doux Christ, Verbe incarné, offert aux hommes pour répondre à leurs demandes… La création entière manifeste la bonté et la générosité du Créateur… Mais si l’avarice est monstrueuse chez l’homme, que dire chez le religieux et la religieuse qui ont fait vœu de pauvreté?… Cette vilaine peau, il faut nous en débarrasser à tout prix…”

barre orange

L’offrande de sa vie

“Nous devons aller encore plus loin et offrir notre vie même à laquelle nous tenons tant, pour l’honneur de Dieu et le salut de notre prochain… Rude tâche que de modérer ses paroles, d’humilier son cœur et son corps devant tous, de s’avilir jusqu’à s’identifier au rude torchon de cuisine, au torchon tout juste bon à nettoyer les sabots fangeux de nos sœurs…”

Parlant de sainte Catherine de Sienne, calomniée par une personne qu’elle soignait, Filippo écrit: “C’était la volonté de Dieu que la sainte mère parcourût ces sentiers rocailleux, pour mieux se mortifier et apparaître dans toute sa vérité, entièrement détachée de l’honneur et de la réputation du monde, puisqu’elle s’était vouée au service de l’Époux dont le regard devait lui suffire…

Cette peau que l’avarice tend sur le cœur n’est, hélas! Pas la seule. Les défauts, les mauvaises habitudes, les vices, le couvrent de plus de peaux que l’oignon l’hiver, lui donnent plus de poils que n’en porte le chat. Renoncer à soi n’est pas si facile qu’on puisse le décider un jour, par subite inspiration. Il y faut une volonté de fer, l’habitude d’une sévérité extrême à l’égard de soi-même, et un usage vigilant du couteau et du rasoir, je veux dire de l’oraison et de l’examen de conscience…

barre orange

Plus que toute autre chose, pratiquez la sainte vertu d’obéissance... À l’obéissance, sans doute, vous devez ajouter la prière. Mais, tout en vous consacrant à l’oraison et à la communion, prenez garde et tenez-vous prête à interrompre l’une et l’autre, si vous en recevez l’ordre. En la sainte obéissance, en effet, résident la véritable prière et la vraie communion au sens où l’entend le Seigneur…

En effet, le démon redoute bien plus de trouver dans une communauté l’union et la paix que tous les exercices de la vie spirituelle, s’ils ne sont étroitement subordonnés à l’amour fraternel… Le Diable, notre ennemi, ne cesse, pour mieux nous vaincre, de chercher à nous désunir, de susciter entre nous discussions, contestations, haines et rivalités, de former coteries; clans entre nous et dans nos monastères… Contre l’ennemi, l’union et la paix constituent l’arme la plus puissante et la plus redoutable… Veillez par-dessus tout à la pureté de cœur, car l’Esprit-Saint habite les âmes simples et candides… Il est le maître de la prière et nous fait vivre constamment dans la paix et dans la joie, avant-goût du paradis…”

barre orange

LETTRE ANCIENNE

barre orange

À Sœur Maria Vittoria Treni (son autre nièce), religieuse de Saint-Pierre-Martyr, à Florence.

Filippo Néri rappelle d’abord le souvenir de la victoire de la flotte chrétienne sur les Turcs, avant de faire une longue digression sur le nom de sa nièce: Maria. “C’est dans une intention profonde, me semble-t-il, que vous a été donné ce nom, dans le dessein providentiel qu’en sortant du monde vous soyez tirée, par la main de Dieu, des eaux de la mer, traversée fatale à bien des âmes à tout jamais misérablement englouties… Prise par la main et soutenue, comme un autre Saint Pierre, vous avez marché sur les eaux…”

Filippo évoque alors, dans cette lettre, les grandes figures des Pères de l’Ancien Testament, puis de Job et de David, et enfin des apôtres et des disciples de la primitive Église, tous modèles pour les bons religieux. Et Filippo de conclure: Aussi, ma fille très aimée dans le Christ, puisque vous êtes toute proche de la félicité promise, ne regardez pas derrière vous, ne freinez pas votre effort, ne détachez pas votre regard du rivage à atteindre, n’accordez plus une seule pensée à la terre que vous abandonnez.

barre orange

Ce monde n’est qu’un coupe-gorge où l’infortuné voyageur est torturé avant d’être occis, une étrange forêt remplie de monstres, un champ de bataille et de mort. On n’y rencontre que violence et iniquités, quelques justes mis à part, et bien peu nombreux. Considérez-le comme une terre brûlée, comme un incendie dont vous venez d’échapper à grand peine, encore tout enveloppée de flammes et de fumée… Tenez-vous à l’écart des tentations sous peine de vous perdre…”

 

Mais tout cela ne suffit pas; il faut maintenant tourner son cœur vers Dieu et sa divine miséricorde: “Sans chaleur, sans entretien, sans aliment, l’amour s’étiole. Dès maintenant, ici-bas, apprenons à vouer à Dieu le tribut des louanges que nous passerons l’éternité à lui consacrer, dans les cieux… Il nous en offre la vision, la jouissance et la possession. Mais nous ne pouvons nous en rassasier car, plus nous sommes comblés, plus nous en éprouvons le désir…

barre orange

Souvenez-vous, cependant, dans vos oraisons mentales, des infortunés qui ne disposent, pour franchir cette mer dangereuse, ni d’un pont ni d’un esquif, et doivent la traverser à gué… C’est ainsi, en obtenant par vos prières le salut des âmes, que vous mériterez de faire de grands progrès dans la charité: ce sera votre honneur et votre gloire…”

 

Pour achever le chemin que nous venons de parcourir avec Filippo Néri ; voici, choisies entre beaucoup d’autres, quelques strophes sur la vanité.

BARRE ARC EN CIEL

Vanité des vanités
Toute chose n’est que vanité
Le monde entier et ses biens
Toute chose n’est que vanité.

Quand bien même tu règnerais mille ans
Plein de santé et de bonheur
À ta mort qu’en sera-t-il ?
Toute chose n’est que vanité.

Quand tu vivrais entouré d’aises
Dans les châteaux et les palais
À ta mort qu’en sera-t-il ?
Toute chose n’est que vanité.

Aussi, tourne ton cœur vers Dieu
En lui vouant tout ton amour
Il ne te fera jamais faute
Tout le reste n’est que vanité;

S’il t’est possible sans peine ni douleur
De satisfaire tous tes caprices
À ta mort qu’en sera-t-il ?
Toute chose n’est que vanité.

S’il est donné à ton cœur ici-bas
De jouir perpétuellement,
À ta mort qu’en sera-t-il ?
Toute chose n’est que vanité.

Mets donc un terme à tes désirs.
Cherche Dieu qui toujours t’attend,
Et jamais ne te fera faute
Tout le reste n’est que vanité.

L’église San-Girolamo appartenait à la confrérie dite de la Carita. Les prêtres qui logeaient dans la communauté n’avaient pour seule obligation que le culte. Pour le reste, ils jouissaient d’une totale liberté.

barre orange


Source : http://voiemystique.free.fr/ecole_francaise_t1_08.htm

 

Publicités

A propos Myriamir

''LA PEUR NE VIENT PAS DE DIEU '' *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes* *En cette Fin des Temps-Jésus et Marie parlent à leurs Enfants ! https://myriamir.wordpress.com/
Cet article, publié dans Saint Philippe Neri-Prêtre (21 juillet 1515-26 mai 1595), est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.