Sœur Marie-Marthe Chambon..*MOTIFS DE LA DÉVOTION AUX SAINTES PLAIES*


jesus souffrant

barre brun

En confiant à Sœur Marie-Marthe cette “mission”, le Dieu du Calvaire se plaisait à révéler à son âme ravie les innombrables motifs d’invoquer les Plaies divines, comme aussi les bénéfices de cette dévotion.

Chaque jour, à chaque instant, pour l’exciter à s’en faire l’ardente apôtre, Il lui dévoile les inappréciables trésors de ces sources de vie:

“Aucune âme, après ma sainte Mère, n’a eu comme toi la grâce de contempler, jour et nuit, mes saintes Plaies.

barre brun

Ma fille, reconnais-tu le trésor du monde?… le monde ne veut pas le reconnaître. – Je veux que tu les voies ainsi, afin que tu comprennes mieux ce que j’ai fait en venant souffrir pour toi.

Ma fille, chaque fois que vous offrez à mon Père les mérites de mes divines Plaies, vous gagnez une fortune immense. Vous êtes semblables à celui qui trouverait dans la terre un grand trésor; mais comme vous ne pouvez pas conserver cette fortune, Dieu la reprend, et ma divine Mère aussi, pour vous la rendre au moment de la mort et en appliquer les mérites aux âmes qui en ont besoin: car vous devez faire valoir la fortune de mes saintes Plaies.

Il ne faut pas rester pauvres, parce que votre Père est bien riche!... Votre richesse? C’est ma sainte Passion!

Celui qui est dans le besoin, qu’il vienne avec foi et confiance, qu’il puise constamment dans le trésor de ma Passion et dans les trous de mes Plaies!

Ce trésor vous appartient!… Tout est là! Tout -excepté l’enfer!

Une de mes créatures m’a trahi et a vendu mon Sang, mais vous pouvez si facilement le racheter goutte à goutte!… – Une seule goutte suffit pour purifier la terre… et vous n’y pensez pas!… vous n’en connaissez pas le prix!

Les bourreaux ont bien fait en me perçant le Côté, les mains et les pieds, puisqu’ils ont ouvert par là des fontaines d’où couleront éternellement les eaux de ma miséricorde. C’est seulement le péché qui en a été la cause qu’il faut détester.

barre brun

JÉSUS COTÉ TRANSERCÉ

barre brun

Mon Père se complaît dans l’offrande de mes sacrées Plaies et des douleurs de ma divine Mère. Les lui offrir, c’est lui offrir sa gloire, c’est offrir le Ciel au Ciel.

Voilà de quoi payer pour tous ceux qui ont des dettes! – Car en offrant à mon Père le mérite de mes saintes Plaies, vous satisfaites aux péchés des hommes” (1).

Jésus la presse -et nous presse avec elle,- de venir à ce trésor: “Il faut tout confier à mes divines Plaies et travailler au salut des âmes par leurs mérites”.

Il nous demande de le faire avec humilité:Lorsque mes saintes Plaies ont été faites, il y a eu de la vanité pour l’homme qui croyait qu’elles finiraient. Mais non, elles seront éternelles, et éternellement elles seront vues de toutes mes créatures. Je te dis ceci, afin que tu ne les regardes pas par manière de routine, mais que tu les vénères avec grande humilité.

Votre vie n’est pas de ce monde; enlevez les Plaies de Jésus et vous deviendrez terrestres… Vous êtes trop matériels pour comprendre toute l’étendue des grâces que vous recevez par leurs mérites… – Vous ne regardez pas assez le soleil dans sa plénitude… – Mes Prêtres eux-mêmes ne regardent pas assez le Crucifix: Je veux que l’on m’honore tout entier.

barre brun

jésus-sang-1

La moisson est grande, abondante, il faut vous humilier, vous enfoncer dans votre néant pour moissonner des âmes, sans regarder ce que vous avez déjà fait.

Il ne faut pas craindre de montrer mes Plaies aux âmes

 

Le chemin de mes Plaies est si simple et si facile pour aller au Ciel”.

Il nous demande de le faire avec des cœurs de Séraphins. – Désignant un groupe de ces Esprits angéliques se pressant autour de l’autel, pendant la sainte Messe, il dit à Sœur Marie-Marthe: “Ils contemplent la beauté, la sainteté de Dieu!… ils admirent, ils adorent… ils ne peuvent pas imiter. Quant à vous, il faut surtout contempler les souffrances de Jésus pour vous conformer à Lui. – I1 faut venir à mes Plaies avec des cœurs bien chauds, bien ardents, et faire, avec grande ferveur, les aspirations pour obtenir les grâces de retour que vous sollicitez”.

Il nous demande de le faire avec une foi ardente:Elles sont toutes fraîches, il faut les offrir comme pour la première fois.

Dans la contemplation de mes Plaies, on trouve tout pour soi et pour les autres.

Je te les fais voir pour que tu y entres”.

Il nous demande de le faire avec confiance:Il ne faut pas vous inquiéter des choses de la terre, ma fille, vous verrez dans l’Éternité ce que vous aurez gagné par mes Plaies.

Les Plaies de mes Pieds sacrés sont un océan. Amène-moi là toutes mes créatures; ces ouvertures sont assez grandes pour les y loger toutes”.

barre brun

PIEDS SACRÉ JÉSUS

Il nous demande de le faire avec esprit d’apos­tolat, et sans jamais nous lasser:Il faut beaucoup  prier pour que mes saintes Plaies se répandent dans le inonde”. (A ce moment, sous les yeux de la voyante, partirent des Plaies de Jésus, cinq rayons lumineux, cinq rayons de gloire qui enveloppèrent le globe.)

“Mes saintes Plaies soutiennent le monde.

1l faut me demander l’affermissement dans l’amour de mes Plaies, parce qu’elles sont la source de toutes les grâces. Il faut souvent les invoquer… y porter le prochain… Il faut en parler et y revenir fréquemment – afin d’en imprimer la dévotion dans les âmes…

Il faudra longtemps pour établir cette dévotion, travaillez-y avec courage.

Toutes les paroles dites au sujet de mes saintes Plaies me font plaisir, un plaisir indicible!… Je les compte toutes.

Quand même il y en a qui ne veulent pas venir à mes Plaies, il faut que toi, ma fille, tu les y fasses entrer”.

barre brun

Un jour que Sœur Marie-Marthe éprouvait une soif ardente, son bon Maître lui dit:Ma fille, viens à moi, et je te donnerai une eau qui te désaltérera! Dans le Crucifix, il y a tout: il y a de quoi se désaltérer – il y en a pour toutes les âmes!

Ma fille, je veux que tu puises dans mes Plaies pour donner aux petits.

Vous avez tout avec mes Plaies! Elles font des œuvres solides, non par la jouissance, mais par la souffrance.

Vous êtes des ouvrières qui travaillez au champ du Seigneur: avec mes Plaies, vous gagnez beau­coup et sans peine.

Offre-moi tes actions et celles de tes sœurs, unies à mes saintes Plaies; rien ne peut les rendre plus méritoires, ni plus agréables à mes yeux. – il y a des richesses incompréhensibles, même dans les plus petites”.

Il est bon de le remarquer ici: dans les mani­festations et confidences dont nous venons de parler, le divin Sauveur ne se présente pas toujours à Sœur Marie-Marthe avec l’ensemble de ses Plaies adorables: parfois Il ne lui en montre qu’une seule à part des autres.

barre brun

C’est ainsi qu’un jour, après cette ardente invitation:Tu dois t’appliquer à guérir mes blessures en contemplant mes Plaies”, Il lui découvre son Pied droit, en disant: “Combien dois-tu respecter cette Plaie et t’y cacher comme la colombe!”

Une autre fois, Il lui fait voir sa Main gauche:Ma fille, prends dans ma Main gauche mes mérites pour les âmes, afin qu’elles soient à ma droite pour l’Éternité… Les âmes religieuses seront à ma droite pour juger le monde, mais auparavant, je leur demanderai compte des âmes qu’elles auraient dû sauver.

(1) Toutes ces paroles furent prononcées en diverses circonstances, spécialement dans l’année 1868. Tantôt Notre-Seigneur s’adresse à Sœur Marie-Marthe seule, tantôt -à travers elle- à la Com­munauté et à tous les fidèles.

barre brun

LA COURONNE D’ÉPINES

COURONNE ÉPINES2

Une chose frappante, c’est que Jésus réclame pour son auguste Chef couronné d’épines un culte très spécial de vénération, de réparation et d’amour.

La Couronne d’épines fut pour Lui une cause de souffrances particulièrement cruelles:Ma cou­ronne d’épines m’a fait plus souffrir que toutes mes autres Plaies”, confie-t-il à son épouse, “elle a été ma plus cruelle souffrance après le Jardin des Olives. Pour l’alléger, il faut bien observer votre Règle”.

Elle est, pour l’âme fidèle jusqu’à l’imitation, une source de mérites:Voilà”, dit-il, “cette tête qui a été percée pour ton amour et par les mérites de laquelle tu dois être couronnée un jour. Heureuse l’âme qui aura bien contemplé et encore mieux pratiqué!… – Voilà où est votre vie; marchez-y simplement et vous marcherez assurément.

Les âmes qui auront contemplé et honoré ma couronne d’épines sur la terre, seront ma couronne de gloire dans les cieux!.

Pour un instant que vous contemplerez cette couronne ici-bas, je vous en donnerai une pour l’Éternité… C’est elle, c’est la couronne d’épines qui vous vaudra celle de gloire”.

Elle est le don de choix que Jésus fait à ses privilégiés:Ma couronne d’épines, je la donne à mes privilégiés. Elle est le bien propre de mes épouses et des âmes favorisées. – Elle est la joie des Bienheureux, mais pour mes Bien-aimés sur la terre, elle est une souffrance”. (A la place de chaque épine, notre Sœur voyait sortir un rayon de gloire impossible à décrire.) – “Mes vrais serviteurs essayent de souffrir comme moi, mais aucun ne peut atteindre le degré de souffrance que j’ai enduré”.

barre brun

De ces âmes-là, Jésus sollicite une plus tendre compassion pour son Chef adorable. – Entendons ce cri du cœur qu’Il adresse à Sœur Marie-Marthe en lui révélant sa tête ensanglantée, toute percée, et exprimant une souffrance telle, que la pauvrette n’aurait su en quels termes la rendre: “Voilà Celui que tu cherches… vois dans quel état Il est!… Regarde…. arrache les épines de mon Chef en offrant à mon Père le mérite de mes Plaies pour les pécheurs… – Va à la recherche des âmes”.

Comme on le voit, dans ces appels du Sauveur, toujours revient comme un écho de l’éternel sitio, la préoccupation des âmes à sauver: Va à la recherche des âmes”.

“Voilà ton instruction: la souffrance pour toi, – les grâces que tu dois prendre pour les autres. Une seule âme qui fait ses actions en union avec les mérites de ma sainte Couronne gagne plus que la Communauté tout entière”.

A ces rudes appels, le Maître sait joindre les encouragements qui enflamment les cœurs et font accepter tous les sacrifices. C’est ainsi que, dans le courant d’octobre 1867, Il se présente aux yeux ravis de notre jeune Sœur, avec cette couronne tout irradiée d’une gloire étincelante: “Ma couronne d’épines illuminera le Ciel et tous les Bienheureux! Sur la terre, il y a quelques âmes privilégiées à qui Je la montrerai, mais la terre est trop ténébreuse pour la voir”.

barre brun

“Vois comme elle est belle après avoir été si douloureuse!”

COURONNE ÉPINES

Le bon Maître va plus loin. Il l’associe à ses triomphes comme à ses souffrances... Il lui fait entrevoir la glorification future. Lui appliquant avec de vives douleurs cette sainte Couronne sur la tête: “Prends ma Couronne, et dans cet état mes Bienheureux te contempleront”. Puis s’adressant aux Saints et désignant sa chère victime: “Voilà”, dit-il,” le Fruit de ma Couronne”.

Bonheur des Justes, la sainte Couronne est, par contre, pour les méchants, un objet de terreur. – C’est ce qu’entrevit un jour Sœur Marie-Marthe dans un tableau offert à sa contemplation par Celui qui aimait à l’instruire en lui dévoilant les Mystères de l’Au-delà.

Tout illuminé des splendeurs de cette divine Couronne, apparut à ses yeux le Tribunal où les âmes sont jugées. Il en passait continuellement devant le Juge souverain. Les âmes qui avaient été fidèles pendant leur vie, se jetaient avec confiance dans les bras du Sauveur. Les autres, à la vue de la sainte Couronne, et au souvenir de l’amour de Notre-Seigneur qu’elles avaient méprisé, se précipitaient, terrifiées, dans les abîmes éternels…

Si impressionnante fut cette vision, que la pauvre enfant, en la racontant, tremblait encore de crainte et d’épouvante.

barre brun

À SUIVRE…


 

 

Publicités

A propos Myriamir

''LA PEUR NE VIENT PAS DE DIEU '' *Messages-Prophéties-Par les Saints et les Prophètes* *En cette Fin des Temps-Jésus et Marie parlent à leurs Enfants ! https://myriamir.wordpress.com/
Cet article, publié dans Sœur Marie-Marthe Chambon, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.